Loading...

Allo Le Pen bobo

  • BY Ella Klein et Benjamin Medioni
  • LE 08/02/2017

 

Une conversation téléphonique privée entre Jean-Marie Le Pen et sa fille Marine a été interceptée par un hacker souhaitant conserver l’anonymat, et qui nous a transmis son contenu. Verbatim.

 

Jeudi 7 mai 2015, 14h05 :

Jean-Marie : Allo Marine ?

Marine : Papa, je t’ai dit de plus m’appeler sur mon portable !

Jean-Marie : C’est pas bientôt fini cette mascarade ? Tu viens dîner ce soir ?

Marine : Papa, je raccroche !

Jean-Marie : File-moi le numéro de la cabine téléphonique d’en-bas !

Marine : Papa, t’as plus 20 ans. Faut arrêter maintenant. Tous ces gauchos-judéos-maçons ont déjà fait mettre sur écoute les cabines téléphoniques du quartier. Ils sont partout. On doit se méfier.

Jean-Marie : Faut qu’on parle. A Vienne on sera tranquilles. Je connais un endroit où ils donnent un bal, on a qu’à y aller déguisés. T’as toujours le déguisement de Fraülein SS que je t’avais offert quand tu as eu l’examen du barreau ? J’ai gardé une petite moustache, on passera incognito.

Marine : Papa arrête, J’ai SOS racisme au cul jusqu’en Autriche, avec cette histoire !

Jean-Marie : Alors en Russie ?

Marine : Le fils Glusksmann fait tous les plateaux télé en ce moment, il est au taquet sur la Russie, il va pas me lâcher. Je te l’ai déjà dit papa, je dois passer pour irréprochable auprès de Cukierman si je veux être invitée au Dîner du Crif l’année prochaine.

Jean-Marie : Libye ?

Marine : Et si on tombe sur Sarko, on dit quoi ?

Jean-Marie : On est potes maintenant, on l’invite à dîner… Sinon j’appelle Saddam pour voir.

Marine : Papa tu perds la boule, il est mort.  [soupirs] … Bon tu veux me dire quoi ?

Jean-Marie : T’as réfléchi à un nouveau nom de famille ?

Marine : Nan mais t’étais pas sérieux ? Ça va m’enlever l’électorat de la « Manif pour tous », cette histoire de nom. Ils sont très attachés à la valeur famille ces gens-là. Tu m’as déjà dopée aux testostérones pour que j’aie la voix de Robert Hossein, tu veux que je fasse une procédure en changement de sexe aussi ?

Jean-Marie : Il n’y a pas d’autre alternative, comme a dit Gambetta. Tu dois te démettre ou te soumettre. Soit tu changes de patronyme, soit tu quittes le FN ! Tu ne survivras pas à ma flamme. Cet avorton de Mégret et d’autres avant toi ont essayé, t’as vu comment ils ont fini.

Marine : Papa, c’est terminé les ordres, je suis pas Marion ! J’ai deux fois son âge et j’ai fait des études supérieures deux fois plus longues que ses jupes… Mais elle est bonne, elle a de l’aplomb, ce sera mon héritière !

Jean-Marie : Félonnes de génération en génération, ça se reproduit à un rythme ces garces ! À en contredire la théorie du grand remplacement ! Déjà ta mère…

Marine : Ma mère s’est émancipée à temps, elle a compris que tu nous plomberais avec tes déclarations à la Jean Roucas qui se réveille d’une cuite au Picon-bière. Pile au bon moment, quand le wagon de ta connerie déraillait, elle a pris son destin en main.

 

 

Jean-Marie : Son destin, ou le photographe quand elle a posé en soubrette dans Playboy ? [ricanements gras]. Ah ma fille, Jeanne d’Arc doit se ronger les braises en vous regardant ! Je vous ai évité les tournantes au Paquebot, et tu te donnes au premier audimat venu ! Paix à vos âmes, vous brûlerez en enfer et j’irai chanter heili heilo sur vos tombes. Ingrate filiation, avec tout ce que je vous ai offert…

Marine : Tu nous as offert quoi [petits sanglots] ? Des crachats par les surveillants le jour où je passais mon BEPC ! Au collège, quand Pierre Richard a sorti son premier succès, on m’appelait la fille du grand borgne avec un bandeau noir. Mon premier flirt s’est barré en courant quand il a su que tu dormais dans la même ville que nous à l’hôtel, et imaginait que tu allais lancer des chars panzer pour réprimer mon premier orgasme ! Tu trouves que c’est une vie heureuse, ça ?

Jean-Marie : Rends-moi mon nom et touche pas aux électeurs, salope ! [quinte de toux].

Marine : Tu dérailles le vieux ! On n’est plus à l’OAS à jouer les petits chefs. Fais ton Poujade avec ton infirmière de nuit, parce que ça marche pas avec moi, les menaces ! On te surnomme «le menhir», tu parles d’une antiquité ! Même Daesh voudrait pas te saccager dans le dernier musée irakien à raser. T’es bon qu’à affoler la ménagère de plus de soixante ans dans des foires en Moselle, à lui parler de l’invasion des Maliens alors qu’elle trime avec son potager et ses mauvaises herbes. Tellement à côté de la plaque, t’es pathétique…

Jean-Marie : Ah tu te rebelles ! Il t’a bien troussé le bulbe le Alliot ! Sous ses airs de toulousain qui masque mal son indigestion de cassoulet, il a réussi son putsch ce moins que rien ! Avec cet énarque et cette folle de Philippot, vous faites une belle équipe, tiens ! Il va être beau le Front, bien bas. Mais méfie-toi, le bal musette et le Queen font pas bon ménage, et le rap des moricauds de banlieues ne vous mènera nulle part !

Marine : La vieillesse est un naufrage, il avait raison De Gaulle. T’es pas un dirigeant, t’es pas un guide, t’es le syndrome de Gilles de la Tourette à qui on a donné un micro et un podium !

Jean-Marie : Jésus Marie Joseph, tu m’offenses bougresse ! Je te ferai fusiller traîtresse, au poteau comme en 17, façon Pétain !

Marine : Même au salon de l’agriculture, les paysans te tournent le dos, tu finiras seul avec ton assiette de charcuterie, ton pain Poilâne et ton gobelet en plastique de mousseux. Tu nous as fait trop de mal. Durafour-Crématoire, du Dieudonné avant l’heure, ça pouvait faire rire, mais le coup de la fournée sur Patrick Bruel… À cause de tes conneries, j’ai vu mon pass V.I.P. et les loges avec mes copines me passer sous le nez ! Et tu t’es vu avec ton Barbour rouge le 1er mai ? On aurait dit un Père Noël bourré de la veille, ou Boris Eltsine à sa grande époque. Mais t’es dépassé. L’Alzheimer avec le dernier baroud d’honneur de la morphine.

Jean-Marie : Tu es de mon sang, ma fillotte, baisse les armes ! Tu verras, la croix gammée et le crâne rasé te manqueront, tu ne gagneras rien à courtiser le bobo et le sioniste, ils te tondront à la prochaine guerre civile.

Marine : Adieu papa, je prierai pour le salut de tes tourments. Pujadas m’en est témoin et la France l’entendra sur France 2, je prierai [interrompue]

Jean-Marie : Avec un imam ou un rabbin ? Sois maudite !

 

10 minutes plus tard, nouvel appel sur un numéro de téléphone rattaché à une carte SIM achetée anonymement, réglée grâce à un compte bancaire au Qatar, sur écoute par le même hacker depuis 3 semaines  

 

Jeudi 7 mai 2015, 14h25 :

Marine : Ça a marché tu penses ? Ils vont rentrer dans la combine ?

Jean-Marie : Je sais pas Marine, je pense que personne n’y croit… Tu y as été fort quand même, j’ai presque cru que tu pleurais. Ça fait louche, personne te croit capable de pleurer… Mais rassures-moi, tu ne le pensais pas n’est-ce pas ?

Marine : En attendant, m’appelle plus sur mon portable jusqu’aux présidentielles, compris ?

Jean-Marie : Ok. Tu viendras quand même m’embrasser au prochain 1er mai ?

Marine : Arrête ce sentimentalisme culpabilisateur, je vais finir par croire que t’as eu une mère juive… Au revoir.

Jean-Marie : Salut Marine.

 

Ella Klein et Benjamin Medioni

 

© photos :  DR, Playboy

Article publié le 11 mai 2015. Tous droits de reproduction et de représentation réservés © 2015 Jewpop

Commentaires (0)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

Articles similaires

Breslev JewPop

Dans le bureau de Breslev Corp.

Chaque année, des dizaines de milliers de juifs venus du monde entier se rendent […]

Je suis Charlie

Le 3 novembre 2011, à la suite de l’incendie criminel qui avait ravagé les […]

Bar Mitzva JewPop

« The » bar mitzvah de l’année

Vous avez entendu parler de la bar mitzvah de Kerem (1), cette semaine, à […]

« Game of Séries » d’Alain Granat et Jonathan Demayo

Quand mon boss m’a dit « Sharon, chroniquez-moi Game of Séries, ça devrait vous plaire, […]