Loading...

Blanche Gardin, l’humour sans limites

Blanche Gardin

 

Un an après son premier spectacle Il faut que je vous parle, Blanche Gardin remonte sur la scène intimiste de la péniche La Nouvelle Seine avec Je parle toute seule, dans une veine encore plus cinglante, prouvant que l’on peut rire de tout, sans limites, quand le talent est au rendez-vous.

 

L’humoriste révélée par Le Jamel Comedy Club, comédienne dans la série Working Girls de Canal+, revendique l’influence des grands du stand up américain comme Louis C.K. La barre est haute, mais Blanche Gardin n’a pas grand chose à envier à ses aînés, Sarah Silverman en tête.

 

Vannes trash à gogo, sujets sinistres tournés en dérision, comme les attentats du 13 novembre avec le groupe Eagles of Death Metal qui en prend plein la tronche, violence dominatrice de la sexualité masculine (le hashtag #JeSuisMonAnus glissé délicatement dans un passage mémorable sur la sodomie), torture de chatons, scatologie ou encore situation des migrants, avec leurs « corps sculptés » objets de ses fantasmes, tout passe avec une incroyable aisance, déclenchant les rires d’une salle à la fois conquise et abasourdie.

 

L’écriture de Blanche Gardin est impressionnante, sa présence scénique l’est toute autant. Dans une mise en scène sobre et efficace, la comédienne captive son public derrière son pied de micro, vêtue d’une robe pourpre intemporelle, juste parée de fins colliers. « Quitte à ne pas se faire baiser, autant ressembler à une femme de lettres » annonce d’emblée la comédienne, qui dé-bite ensuite des textes d’une crudité l’ayant conduite à demander l’interdiction de son spectacle aux moins de 17 ans. Enfants, pré-ados et âmes sensibles s’abstenir.

 

Reléguant loin la plupart de ses collègues adeptes du stand up, Blanche Gardin réalise un seule-en-scène qui est sans aucun doute ce qui se fait de plus drôle et d’audacieux en matière d’humour (très) noir en France. La comédienne a bien fait de choisir à nouveau La Nouvelle Seine pour se produire, même si l’on ne peut que lui souhaiter Enlarge Your Peniche pour l’avenir.

 

Alain Granat

 

Blanche Gardin, Je parle toute seule, à la Nouvelle Seine, 3 quai de Montebello, 75005 Paris, jusqu’au 26 juin (les vendredis et samedis à 21h30, les dimanches à 20h, tarif : 19 €)

 

© Photo : J.-F. Robert. Modds / DR

Article publié le 27 mars 2016. Tous droits de reproduction et de représentation réservés © 2018 Jewpop

Commentaires (0)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

Articles similaires

Surf orthodoxes juifs Jewpop

365 jours de judaïsme
(sans trop de contraintes)

Quelques semaines ont passé depuis Kippour dernier et les bonnes résolutions que vous avez […]

The Incredible Freud

La philosophie juive comme guide de vie. Episode 3, Freud

«J’ai une réponse, j’ai une réponse ! – Qui a la question ?». Maïmonide, Spinoza, […]

Noe Russel Crowe Jewpop

Lâche de Noé

Il aura fallu attendre 48 ans pour atteindre à nouveau les sommets himalayesques de […]

Friends

Oh my goy !

Ils ont le nez retroussé et le cheveu fin et raide, ils fondent pour le […]