Loading...

Camille Nahum vient au secours des hommes émasculés

Camille Nahum

 

Comédienne (elle a notamment adapté au théâtre Le chat du rabbin de Joann Sfar), auteure et productrice tv, Camille Nahum va bientôt réaliser son premier court-métrage, « Le Bureau des couilles perdues ». Un premier film qui n’est pas à la portée de toutes les bourses, puisque sa réalisatrice a lancé une campagne de crowdfunding sévèrement burnée pour le financer. Après avoir découvert son hilarant teaser, Jewpop a voulu en savoir plus sur ce « bureau » très spécial et sur ce projet qui en a dans le slip.

 

Camille Nahum

 

 

Sharon Boutboul : Camille, qu’est-ce qui t’a donné l’idée du BCP ? Après le #BalanceTonPorc, tu voulais lancer un #BalanceTesCouilles ?

 

Camille Nahum : Alors vraiment pas du tout, et c’est bien la question que je craignais. Même si j’ai soutenu ce mouvement, car il était temps que les femmes parlent de ce qu’elles subissent au quotidien. En fait, j’ai écrit ce film il y a 3 ans. Ça faisait plusieurs années qu’il me trottait dans la tête et que je me disais « ah non, quand même !… Non… ». Et puis, un jour, je me suis lancée. À force d’entendre ces phrases (et de les prononcer) : « mais il a vraiment pas de couilles ? » « Mais y a pas un homme qui a des couilles ? » « Il a perdu ses couilles » etc… J’ai voulu pousser la vision des femmes à son paroxysme. C’est un film qui, oui, se moque des hommes et de leur manque de courage récurrent, dont nous nous plaignons souvent, les femmes ; mais qui se moque aussi des femmes qui les émasculent, en le voulant ou pas. J’ai l’impression qu’il y a un bug dans la compréhension entre les deux sexes, et dans notre place dans le couple, notamment. J’ai eu envie de nous renvoyer dos à dos et de nous inviter à mieux répartir les couilles, dans nos rapports l’un envers l’autre.

 

 

S.B. : Tu es très convaincante dans le teaser, en particulier dans la scène où tu engueules un type au téléphone avec un énorme « Non mais ferme bien ta gueule en fait ! » ! Rôle de composition, ou bien tu es vraiment comme ça quand tu te disputes avec ton Jules ? Voire pire ?

 

C.N. : Alors, je suis plutôt une femme qui fait la gueule, plus que je ne gueule, en fait. Je m’énerve assez rarement. Mais si je suis témoin/victime d’une injustice ou qu’on me cherche trop… alors, je ne réponds plus de rien, et c’est pas loin de la vidéo oui, j’avoue.

 

S.B. : On le sait toutes, les mecs sont des grands lâches… Fais-tu un distinguo entre « avoir des couilles » et être viril ?

 

C.N. : Alors totalement !!! Les virils lâches, ce sont les pires, je crois… Parce qu’ils ont le culot, en plus d’être lâches, de te mentir sur la marchandise. Et les filles sont malheureusement trop dupes. Et je crois que je préfère passer sur cette question, en fait… La lâcheté des mecs, si je me lance, je ne pourrais plus m’arrêter.

 

Tex

 

S.B. : Que penses-tu de cette citation de Tex ? #BalanceTonTex

 

C.N. : Ben, au risque de te choquer, je ne la trouve pas si choquante et je vois ce qu’il veut dire. Avec mes copines, on assume, quand même, que pour que les mecs soient un plus couillus, il faudrait sans doute qu’on leur coupe un peu moins. Et c’est un des propos de mon film, d’ailleurs. Moi, j’aime bien m’occuper de ma maison et de mon foyer et oui, je trouve que les mecs ne savent pas le faire, donc je préfère qu’ils s’occupent d’autres choses. Le problème, c’est que, de plus en plus, ils ne s’occupent plus de rien. Mais oui, j’aime bien l’idée de garder des valeurs d’antan ; sans pour autant me prendre des torgnoles…

Couilles

 

S.B. : On a vu le post ci-dessus sur l’ineffable groupe Facebook « Tu sais que tu es ashkénaze quand ». Question segmentante : selon toi, les mâles sépharades sont-ils plus couillus que les mâles ashkénazes ?

 

C.N. : Alors là, on revient à ta question d’avant. Les Sépharades sont plus virils, sans aucun doute, plus couillus, je ne pense pas. Ils font plus de bruit, c’est tout. Après, je dois avouer que les Sépharades ont souvent cette éducation qui les pousse à agir de façon couillue, même malgré eux. Parce qu’il faut faire comme ça. Après la forme, il faut voir le fond, quoi. Ashkés ou Séfs, les hommes restent pour la plupart, quand même, des gros bébés…

Camille Nahum Bureau des couilles perdues Jewpop

 

S.B. : Et si oui, crois-tu que le climat a une influence sur les coucougnettes de ces messieurs ?

 

C.N. : Non, mais la mère qu’ils ont eue, oui !

 

S.B. : Le boss de Jewpop m’a dit que tu souhaitais profiter de cette interview pour passer une annonce : tu chercherais un mari ! Il est comment, ton homme idéal ?

 

C.N. : Il en a dans le pantalon ! Forcément…

 

Interview réalisée par Sharon Boutboul pour Jewpop

Pour contribuer au projet de Camille Human, participez à son financement (la campagne se clôt vendredi 8 juin) sur le site Proarti

© photos : DR

Article publié le 31 mai 2018. Tous droits de reproduction et de représentation réservés © 2018 Jewpop

 

Commentaires (0)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

Articles similaires

Jacques Shwarz-Bart Hazzan

L’interview Jewpop de
Jacques Schwarz-Bart
pour son album « Hazzan »

À l’occasion de la sortie de son nouvel et splendide album « Hazzan » (Enja), le […]

France Gall The Yarkon Trio Poupé de cire pouée de son JewPop

Le Jewkbox Jewpop : « Poupée de cire, poupée de son » par The Yarkon Trio

Jewpop met en marche son « Jewkbox », qui vous fera découvrir régulièrement des chansons et […]

Micha Ben Ami Walk on the Wild Side Lou Reed JewPop

Le Jewkbox Jewpop : « Walk on the Wild Side » par Micha Ben Ami

Jewpop met en marche son « Jewkbox », qui vous fera découvrir régulièrement des chansons et […]

Le Jewkbox Jewpop : « Les Oignons » par Staïffi et ses Mustafa’s

Jewpop met en marche son « Jewkbox », qui vous fait découvrir régulièrement des chansons et […]