Loading...

Pr. Love, le mathématicien juif qui prévoit la durée des couples

John Gottman Pr Love Jewpop

 

Rêve ou cauchemar ? 15 minutes suffiraient-elles pour savoir si votre conjoint(e) est fait(e) pour vous ? C’est ce que réalise, avec un taux de réussite de 95%, le Professeur John Gottman et son équipe. Avec en prime, en cas d’incompatibilité, la prédiction de la date exacte de la séparation !

 

John Mordechai Gottman n’est pas un charlatan. Chercheur en mathématiques et juif pratiquant, ce sexagénaire, fils de rabbin, est issu du prestigieux M.I.T. et dispose de son laboratoire à l’Université de Seattle. Dans ce « Love Lab », il a passé plus de 20 ans à enregistrer des centaines de vidéos de conversations de couples, étudiant ce que les psychologues nomment « micro-expressions » sur les visages, ces mouvements innés qui expriment toutes les gammes de sentiments, de la colère à l’envie, en passant par le mépris et le contentement.

 

 

Le mathématicien reçoit ses cobayes humains dans des bureaux dignes de salles d’interrogatoires de la CIA, entre fauteuils truffés de capteurs, détecteurs de mouvements, et caméras filmant les couples en plans serrés. À la fin des 15 minutes d’enregistrements de conversations nécessaires pour recueillir les données, celles-ci sont codées selon une grille d’analyse complexe, exprimées en une suite de chiffres puis décryptées par les chercheurs du « love lab ». Le taux de réussite des prévisions réalisées par l’équipe de John Gottman, faites sur 3000 couples depuis 20 ans, varie de… 90 à 95% !

 

Aujourd’hui, John Gottman est considéré aux USA comme l’un des plus grands psychothérapeutes du siècle, une sorte de « dieu vivant » pour ses confrères. Un tel succès a fait du génial mathématicien la référence absolue en matière de gestion de la relation conjugale aux États-Unis, à tel point que sa méthode pourrait bientôt être exploitée sur tout le territoire américain. Coqueluche de tous les plateaux télé, il ne se prive pas de dire tout le mal qu’il pense des thérapeutes de couple, selon lui une pure perte de temps.

 

 

Le mépris reste, selon ses expériences, l’attitude la plus « toxique » pour condamner la vie d’un couple. Son principal conseil ? Pour tenir, le couple doit être moins amant qu’ami. Respect, estime et humour, sont selon lui les 3 sentiments indispensables pour durer. L’amour est une condition nécessaire, mais pas suffisante. Gottman, de toutes façons, ne fait pas dans le sentiment, mais dans l’équation mathématiques. Enfin, plus rassurant, d’après ses calculs, 70% des difficultés d’un couple qui dure ne sont jamais résolues !

 

 

John Gottman connaît sûrement l’antique tradition du « marieur » dans les communautés juives, ce chad’han qui se promenait de villes en villages pour arranger des unions entre les familles. Aujourd’hui, « Doctor Love » vient d’inventer une nouvelle profession, le « démarieur ».

 

Jewpop, d’après un article de Jean-Marie Hosatte publié dans Le Monde Magazine, copyright photos Yonathan Weitzman.

 

Lire « Les couples heureux ont leurs secrets » de John Gottman et Nan Silver, à commander sur amazon (7, 03€)

 

Voir une présentation vidéo du « Love Lab » de John Gottman

 

© photos : DR

Article publié le 13 octobre 2011. Tous droits de reproduction et de représentation réservés © 2018 Jewpop

Commentaires (0)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

Articles similaires

Lior Raz

L’interview Jewpop de Lior Raz,
Doron dans la série « Fauda »

De passage à Paris ce week-end, Lior Raz a accepté de répondre aux questions […]

Erran Morad Sacha baron Cohen

Sacha Baron Cohen, le coach des
trous du cul américains

Depuis le 15 juillet, Sacha Baron Cohen ridiculise l’Amérique conservatrice, les membres de la NRA […]

Temple Salomon Sao Paulo

Le Temple de Salomon renaît au Brésil

Entre confusion religieuse et démonstration de force, l’auto-proclamé évêque Edir Macedo, de la Igreja […]

Feujettes peine à jouir

Les feujettes peine-à-jouir ?

Un pote me dit la semaine dernière : « Sharon, ta chronique sur nous au […]