Loading...

Édouard Moyse, peintre de l’israélitisme au Mahj

  • BY Sharon Boutboul
  • LE 07/07/2016

 

Quand mon boss m’a dit « Sharon, tu files au Mahj me faire une chronique de l’expo Édouard Moyse », j’avoue, je me suis sentie flattée. Allez savoir pourquoi, mais les sujets un peu pointus me passent systématiquement sous le nez. Résultat, je ne peux jamais me la péter en afterwork sur le mode « Ouais, là je viens d’écrire un papier sur Édouard Moyse, tu sais, LE peintre de l’israélitimse ». Ça en jette. Jusqu’à ce qu’un de mes connards de collègues de la rédaction ne trouve malin de sortir « on dit israélitisme, Sharon, pas israélitimse ».

 

Edouard-Moyse-Autoportrait-15-645749

 

Édouard Moyse (né en 1827 dans une famille de la bourgeoisie juive de Nancy et décédé en 1908) reste le maître de ces rares peintres juifs français témoins de l’israélitisme, ce judaïsme ancré dans les valeurs de la France républicaine du XIXème siècle. Grâce au Mahj, ses œuvres pour la première fois rassemblées sont enfin redécouvertes, permettant au public d’admirer des tableaux, pastels et gravures uniques. Moyse, artiste académique, n’exposera que dans les Salons et paraîtrait sans doute totalement décalé au regard du mouvement impressionniste, dont il est contemporain. Pourtant, l’esthétique néo-classique de sa peinture, loin de toute modernité, renforce son souci de pédagogie et de transmission des valeurs juives, qui marque son travail.

 

Edouard-Moyse-diapo-13

 

L’oeuvre d’Édouard Moyse illustre l’âme juive ancrée dans les valeurs de la France de son époque, utilisant les codes de la peinture traditionnelle, maîtrisés à merveille. Entre contre-jours, drapés majestueux de talith, ou encore scène d’esprit médiéval pour illustrer la montée de l’antisémitisme, comme dans l’étonnant tableau Une famille juive insultée par les truands, où certains ont cru voir une dénonciation du pamphlet antisémite La France juive de Drumont. Surnommé « le peintre des rabbins », Moyse, comme Delacroix, sera fasciné par l’Afrique du Nord. En Algérie, il réalise une superbe série de pastels très colorés venant illuminer son travail a priori austère, avec le même souci de témoigner de sa vision du judaïsme, qu’il soit oriental ou ashkénaze, construisant une iconographie juive loin de tout folklore, où l’école, les maîtres, la bénédiction des aïeux, les scènes de prière à la synagogue, sont au cœur de son art.

 

Edouard-Moyse-diapo-02

 

Aujourd’hui, le terme « israélite » est mal perçu de la plupart des juifs français, pour qui l’israélitisme du XIXème siècle ferait d’abord référence à l’assimilation plutôt qu’à l’émancipation et l’intégration, et resterait symbolisé par ces juifs dits de « confession mosaïque » qui furent incapables de se mobiliser lors de l’Affaire Dreyfus. Le Crif n’existait pas encore, le Consistoire israélite de France n’était pas ce qu’il est devenu.

 

Edouard-Moyse-2798-5

 

 

C’était le temps du Grand Sanhédrin, des rabbins portant la soutane noire à rabat blanc imposée par Napoléon (costume rabbinique porté jusqu’à la fin des années 50, et encore aujourd’hui par certains ayant remplacé le chapeau ecclésiastique plat et rond par une toque du plus bel effet), et du haut-de-forme à la synagogue pendant les fêtes. Édouard Moyse, sauvé de l’oubli grâce à cette belle exposition du Mahj, témoigne d’une époque où les les kippas tricotées et autres Borsalino King Size n’étaient pas encore de mise. Je ne voudrais pas faire ma Finkielkraut, mais l’israélitisme, ça avait quand même une autre classe.

 

Sharon Boutboul

 

Le site du MAHJ

Musée d’art et d’histoire du Judaïsme
Hôtel de Saint-Aignan
71, rue du Temple
75003 Paris

Téléphone : 01 53 01 86 60

Lundi, mardi, jeudi, vendredi : 11 h à 18 h
Fermeture des caisses à 17 h 15
Mercredi : 11 h à 21 h
Fermeture des caisses à 20 h 15
Dimanche : 10 h à 19 h
Jours fériés : 11 h à 19 h
Fermeture des caisses à 18 h 15

Plein tarif : 8,00

Tarif réduit (familles nombreuses, Amis du Louvre) : 6,00

 

© photos : Mahj / Christophe Fouin / DR

 

Article publié le 9 mai 2016. Tous droits de reproduction et de représentation réservés © 2016 Jewpop

 

 

 

 

 

 

Commentaires (0)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

Articles similaires

Rafle du Vel d’Hiv : chronique d’un crime programmé

En plein été, sur ordre des Allemands, la police française arrête 13 152 Juifs. […]

Tenou'a magazine

Le sionisme dans tous ses états au coeur du numéro d’été de Tenou’a

Être – ou ne pas être, ou comment être – sioniste aujourd’hui, telle est […]

Torah

J’ai assisté à des cours de Torah

Je ne suis jamais allée volontairement à des cours de Torah. Les rares auxquels j’ai […]

David Goldblatt

David Goldblatt, l’homme qui photographia l’apartheid en noir et blanc

David Goldblatt, « père de la photographie sud-africaine » comme on le surnommait, est décédé lundi […]