Loading...

« Hitler versus Picasso et les autres », ou pourquoi l’art est la vie

  • BY Cathie Fidler
  • LE 08/10/2018
Hitler Picasso affiche documentaire Jewpop

 

Bien sûr, nous en connaissons un bout en ce qui concerne la razzia sur les œuvres d’art que commirent les nazis, et sur l’immense spoliation des Juifs d’Europe, à qui les mêmes volèrent des collections d’une valeur artistique inestimable. L’indemnisation des survivants et de leurs descendants, ainsi que la restitution de ces biens restent d’actualité, même si dans quelques cas la bataille a été gagnée. Plusieurs films ont été consacrés à ce sujet : La femme au tableau (avec la magnifique Ellen Mirren), Monuments Men (que l’on aurait souhaité de meilleure facture), L’Antiquaire (avec la remarquable Anna Sigalévitch).

 

Goering au Jeu de Paume

Goering au musée du jeu de Paume

 

Hitler versus Picasso et les autres, documentaire italien réalisé par Claudio Poli, explique en détail les dessous du déroulement de cette opération de spoliation, qui avait pour but de satisfaire en priorité les intérêts de personnels de Hitler et de Gœring. Ce n’est donc pas une œuvre de fiction, et si ce film se veut éducatif, il l’est. Un narrateur présent à l’écran, efficace, à la voix envoûtante (Toni Servillo), des intervenants pertinents, des témoins émus, et très émouvants, des images d’archives… tout y est.

 

Mine de sel Manet tableauDans la serre Jewpop

Soldats de la 3ème armée US devant le tableau d’Edouard Manet « Dans la serre », dans une mine de sel près de Berlin où avaient été stockées des œuvres volées par les nazis, avril 1945

 

On suit le récit avec intérêt, on reste pantois devant la quantité d’œuvres exceptionnelles qui ont été volées, souvent à des marchands juifs dont on peut noter la richesse, le train de vie et, parfois, la conversion. Certains diront que cela va conforter le point de vue des antisémites. D’autres reconnaîtront le flair et la passion de véritables amateurs d’art, dont certains ont préféré se laisser arrêter plutôt que de brader leur collection, tel Fritz Gutmann, qui finit garrotté avec du fil de fer par un kapo. Le témoignage du petit-fils qui ne l’a jamais connu, filmé aux États-Unis, nous tire des larmes. La vie de tels descendants demeure marquée du sceau de l’art.

Fritz Guttman photographié par Man Ray Jewpop

Fritz Guttman photographié par Man Ray

 

Quant au message central du documentaire, il est percutant : il démontre clairement que les nazis souhaitaient non seulement anéantir le peuple juif mais aussi tout ce que celui-ci mettait en valeur, au plan de la création artistique. L’holocauste se devait d’être total. L’exposition par les nazis d’œuvres contemporaines représentatives d’un « art dégénéré » était paradoxale : ces trésors-là avaient également été volés, avec l’efficacité que l’on sait, par une unité spécialement créée à cet effet dès 1940 : l’ERR, « Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg » – du nom d’Alfred Rosenberg, l’architecte idéologue qui fut l’un des proches d’Adolf Hitler.

 

Eglise d'Ellingen en avril 1945 tableaux volés juifs Jewpop

Soldat de la 3ème armée US dans l’église d’Ellingen, découvrant un immense stock d’œuvres volées par les nazis, avril 1945

 

On regrette ici ou là l’insertion de quelques plans inutiles (tel ce petit oiseau, mis en parallèle avec un vol de bombardiers). Pourquoi choisir de « faire joli » en traitant un tel sujet ? La conclusion nous ramène à la philosophie de Picasso commentant « Guernica »* et au choix un peu racoleur du titre de ce documentaire. « Les autres » sont indéniablement plus au centre du sujet que Picasso lui-même.

 

Ce film n’est passé que deux fois en salle. Sa carrière se poursuivra sans doute sur les écrans de nos téléviseurs et tablettes, ce qui nous permettra de le voir tranquillement, et de mieux comprendre la chronologie des événements, parfois déroutante. Il n’en demeure pas moins que Hitler versus Picasso et les autres est un document précieux à faire découvrir à ceux qui pensent encore que l’art et la vie sont deux choses différentes.

Cathie Fidler

* Picasso raconte : « Ils m’ont insulté, ils m’ont traité de dégénéré, de communiste, de juif. Ils ont donné des coups de pied dans mes toiles ». Ce serait à cette occasion que se serait déroulée la fameuse scène suivante : les Allemands devant une reproduction de Guernica demandent : « C’est vous qui avez fait ça ? » et Picasso aurait répondu : « Non ! C’est vous ! ». Il développait également la théorie selon laquelle toute création artistique ne peut qu’être un acte politique.

 

La bande-annonce de Hitler vs. Picasso et les autres


Cathie Fidler est écrivain, auteur de plusieurs romans parmi lesquels Histoires floues, La Retricoteuse… du livre d’art Hareng, une histoire d’amour, co-écrit avec Daniel Rozensztroch et récemment d’un ouvrage consacré à son père le peintre et céramiste Eugène Fidler « Eugène Fidler, Terres mêlées » (Les Éditions Ovadia).

Gratitude, le blog de Cathie Fidler

 
© photos :  Cpl. Ornitz / Natioanl Archives /DR

Article publié le 5 octobre mars 2018. Tous droits de reproduction et de représentation réservés © 2018 Jewpop

 

Visuel campagne appel à dons MAHJ

 

Commentaires (0)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

Articles similaires

Juive, glamour et pratiquante…
d’escrime médiévale

Et si les Jewish Princess sortaient de leur donjon par elles-mêmes, au lieu d’attendre […]

Melki JewPop

Do you spique sépharade ?

Le français est une langue riche, belle et souvent appréciée hors de nos frontières. […]

Buste Moses Mendelssohn Jewpop

L’honneur de Moses Mendelssohn

Voici deux ouvrages, parus chez Verdier, qui peuvent se lire l’un sans l’autre, et […]

Ils sont partout, même dans le porno !

    Si le héros sort avec la fille, c’est « accord parental souhaitable » Si le […]