Loading...

Joanna Shimkus, étoile filante des sixties

Johanna Shimkus Peter Basch

 

Le public français la découvre dans Les Aventuriers de Robert Enrico en 1967. Arte a eu l’excellente idée de programmer hier soir ce film trop rarement diffusé, l’occasion pour Jewpop de revenir sur la carrière éclair et marquante de la sublime Joanna Shimkus.

 

Joanna Shimkus

 

L’actrice, d’origine canadienne, qui s’était d’abord fait connaître comme mannequin à Paris, devenant l’incarnation des swingin’ sixties à la française, sera l’égérie du réalisateur du Vieux fusil le temps de trois films, avant d’entamer une courte carrière internationale qui la mènera dans les bras de Sidney Poitier, qu’elle épousera en 1976 après avoir tourné à ses côtés dans The Lost Man (L’homme perdu) en 1969.

 

Joanna Shimkus Vogue

 

Née en 1943 à Halifax d’un père juif originaire de Lituanie et d’une mère d’origine irlandaise, Joanna Shimkus débute comme mannequin à Paris et est très vite repérée pour sa beauté gracile, qui correspond à merveille aux canons des swingin’ sixties incarnées par Julie Christie, Jacqueline Bisset et autres Charlotte Rampling. De Elle à Vogue, les couvertures s’enchaînent, Diana Vreeland, rédactrice en chef du prestigieux magazine américain n’hésitant pas à affirmer que « faire une rubrique beauté aujourd’hui est devenu très simple ! Il n’y a qu’une seule véritable beauté au monde, c’est Joanna Shimkus, le reste inutile d’en parler ! »

 

Joanna Shimkus Paco Rabanne

Joanna Shimkus en Paco Rabanne

 

La jeune top model débute une modeste carrière au cinéma, d’abord en 1964 dans le film de Jean Aurel De l’amour aux côtés d’Elsa Martinelli et d’Anna Karina, puis apparaît en 1965 dans le film à sketches Paris vu par… devant la caméra de Jean-Luc Godard, avant d’incarner son propre rôle de mannequin dans Qui êtes vous Polly Maggoo de William Klein (1966), critique acerbe du monde la mode et de la télévision de la fin des années soixante, avec Jean Rochefort, Philippe Noiret, Sami Frey et Dorothy MacGowan. 

 

Les Aventuriers Robert Enrico

 

Mais c’est avec Les Aventuriers, de Robert Enrico, que la carrière d’actrice de Joanna Shimkus prend son envol en 1967. Le réalisateur des Grandes gueules veut réunir le duo Delon-Ventura dans un film d’aventures et tient à offrir le rôle féminin à l’actrice débutante, à qui il a fait passer des essais. Mais Alain Delon s’y oppose, voulant imposer son épouse Nathalie pour le rôle. « L’emmerdeur », comme le surnomme le producteur du film Gérard Beytout qui est prêt à céder aux exigences de la star, se voit opposer un refus catégorique de Robert Enrico. Le réalisateur est soutenu par Lino Ventura qui, comme le raconte Vincent Quivy dans son livre Alain Delon, ange ou voyou (Seuil, 2017), « s’avoue gêné de devoir se disputer à l’écran la femme de son partenaire », les deux personnages voulant gagner les faveurs de la jeune femme sous les yeux de Serge Reggiani, dans le scénario co-écrit par José Giovanni et adapté de son roman éponyme. Enrico parvient finalement à convaincre Nathalie Delon que sa qualité d’épouse risque de déstabiliser le tournage du film, et son mari se plie à sa décision de ne pas y participer.

 

Lino Ventura Alain Delon Joanna Shimkus

Lino Ventura, Robert Enrico, Alain Delon, Joanna Shimkus

 

 

Mais comme l’explique Vincent Quivy dans sa biographie de Delon, cette décision n’est pas du goût de l’acteur, qui insiste alors pour que le rôle de Joanna Shimkus – qui joue une jeune fille d’origine juive dans Les Aventuriers – soit réduit, en particulier sur les scènes qu’elle doit tourner avec Lino Ventura. «La lecture du scénario, avec l’équipe, qui se déroule avant le tournage, est particulièrement tendue. Delon se montre difficile. Il ne comprend pas, par exemple, pourquoi il n’apparaît qu’à la huitième page, bien après Lino et la jeune femme » raconte l’auteur. « C’est quand même moi la vedette. Delon tique aussi sur le fait que la fille choisisse, dans l’histoire, Lino plutôt que lui. Je passe pour un con. Je suis quand même le jeune premier du film… On va trouver ridicule que cette fille superbe ne tombe pas amoureuse de moi ! »

 

 

L’acteur drague ensuite avec insistance Joanna à la piscine de l’hôtel où réside l’équipe, et pour éviter les avances de la star, elle doit se réfugier chez le réalisateur à qui elle confie que Delon ne « la lâche pas depuis trois jours », mais qu’il « ne lui plaît pas », comme le rapporte Vincent Quivy dans son livre. Peu habitué à ce qu’on lui résiste, Delon le prend très mal et arrive finalement à convaincre Ventura que l’actrice débutante n’est pas « à leur hauteur » et que la starlette italienne Sylvia Koscina serait parfaite pour le rôle, alors que le tournage vient de débuter à Djerba. Robert Enrico a vent de la « mutinerie » de son duo de stars et menace de plier bagages pour rentrer à Paris. Il faudra tout le talent de diplomate de Serge Reggiani pour résoudre la crise et poursuivre un tournage, qui selon Vincent Quivy sera sous tension « jusqu’au dernier plan ».  Les Aventuriers est l’un des grands succès cinématographiques de l’année 1967, porté par la géniale bande originale de François de Roubaix, compositeur fétiche de Robert Enrico. Il aura aussi révélé l’un des lieux aujourd’hui les plus populaires de France, Fort Boyard, que Jacques Antoine, concepteur du jeu télévisé, découvrit grâce au film.

 

Joanna Shimkus Tante Zita

Joanna Shimkus Tante Zita

Joanna Shimkus dans Tante Zita, de Robert Enrico

 

En 1968, Joanna Shimkus tourne encore avec Enrico Tante Zita, loin d’être parmi les meilleurs films du réalisateur, mais qui reste un joli témoignage du Paris nocturne de la fin des années soixante et l’occasion d’admirer la délicate plastique de la jeune actrice. La même année, toujours avec le même réalisateur, c’est un polar inspiré d’un roman de José Giovanni, Ho !, qui la voit partager l’écran avec Jean-Paul Belmondo. Sans doute un pied de nez du réalisateur à l’acteur rival de Bebel au box-office français. L’actrice enchaînera ensuite avec rien moins que Joseph Losey, aux côtés du mythique couple Elizabeth Taylor – Richard Burton dans Boom !  d’après Tennessee Williams.

 

Joanna Shimkus Sidney Poitier

Joanna Shimkus et Sidney Poitier, sur le tournage de The Lost man

 

L’année suivante, elle s’envole pour Hollywood, où l’attend le principal rôle féminin de L’Homme perdu (The Lost Man) de Robert Alan Aurthur, un polar sur fond de lutte pour les droits civiques dont la musique originale, totalement blaxploitation, est signée Quincy Jones. Sidney Poitier y tient la vedette. La star de Devine qui vient dîner ce soir ? et Dans la chaleur de la nuit, qui a divorcé en 1965 de la danseuse Juanita Hardy dont il a eu quatre filles, vient tout juste de rompre avec l’actrice et chanteuse Diahann Carroll, mythique interprète de Carmen Jones et de Porgy and Bess, avec laquelle il entretenait une relation depuis 9 ans. Il attendra 1976 pour épouser Joanna, avec qui il aura deux filles, dont l’actrice Sydney Tamiia Poitier.

 

Joanna Shimkus Franco Nero

Franco Nero et Joanna Shimkus dans La Vierge et le Gitan, de Christopher Miles

 

Joanna Shimkus

 

Les fans de l’actrice la retrouvent en 1970 dans l’adaptation par le réalisateur britannique Christopher Miles de la nouvelle de D.H. Lawrence La Vierge et le Gitan. Son partenaire masculin est l’acteur italien Franco Nero, cultissime Django à qui Tarantino rendra hommage dans son western Django Unchained. L’interprétation de Joanna Shimkus sera saluée par la critique, qui trouve en elle l’interprète idéale de l’univers passionné et empreint de romantisme de l’auteur anglais. Même si l’actrice regrettera a posteriori certains plans de tournage où elle est légèrement dénudée, déclarant « J’avais une doublure pour les scènes de nu mais Christopher Miles m’a expliqué par A+B que si je ne tournais pas au moins une partie de la scène seins nus et face caméra on ne comprendrait pas grand chose. Je l’ai cru et je l’ai fait dans l’intérêt du film. Maintenant que j’ai vu le film je comprends qu’il s’est moqué de moi et j’exige que ces images soient supprimées », ce que refusa le réalisateur, pour le grand plaisir des spectateurs.

 

Sidney Poitier Joanna Shimkus

 

Joanna Shimkus a abandonné sa carrière d’actrice en 1971. Celle qui fut une étoile filante du grand écran endosse depuis un rôle qui lui sied tellement bien, celui de Lady Poitier, mariée depuis 42 ans au premier acteur noir à avoir remporté un Oscar, annobli par la reine Elizabeth II en 1974.

 

Alain Granat

 

Les amateurs de chansons des années soixante ne manqueront pas le duo Sacha Distel – Joanna Shimkus sur Ces mots stupides enregistré en 1967, adaptation française du titre Somethin’ Stupid, initialement créé et interprété par Frank et Nancy Sinatra.

Le thème musical principal du film Les Aventuriers, composé par François de Roubaix

La bande originale complète du film The Lost Man, composée par Quincy Jones


© photos : photo de une, Peter Basch /DR

Article publié le 14 août 2018. Tous droits de reproduction et de représentation réservés © 2018 Jewpop

Commentaires (0)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

Articles similaires

Jacques Shwarz-Bart Hazzan

L’interview Jewpop de
Jacques Schwarz-Bart
pour son album « Hazzan »

À l’occasion de la sortie de son nouvel et splendide album « Hazzan » (Enja), le […]

Judith Ravitz Bolerio Jewpop

Le Jewkbox Jewpop : Judith Ravitz chante Jorge Ben

Publié par CBS Israel en 1983, l’album de la chanteuse israélienne Judith Ravitz « Bolerio » […]

Sydne Rome nue

Sydne Rome, l’arôme sexy des années 70

Sydne Rome a joué face à Delon, Mastroianni, Bowie… La génération des Boomeurs garde un […]

René Abiteboul achète des places pour l’office de Kippour au Palais des Congrès #JewpopJokesPhone

René Abiteboul s’y prend vraiment tard pour acheter ses places à l’office de Kippour […]