Loading...

Leonard Nimoy, Spock yiddish

 

Lorsque Leonard Nimoy publia en 1975 son autobiographie «Je ne suis pas Spock», les fans de Star Trek furent outrés par le titre. L’acteur décida vingt ans plus tard d’écrire un second tome intitulé cette fois «Je suis Spock». Jewpop revient sur l’entreprise artistique, profondément empreinte de judaïsme, de l’homme complexe qui imprima sa marque et son salut Vulcain des Cohanim à des générations de Trekkies.

 

Né à Boston dans une famille juive orthodoxe originaire d’Ukraine, Leonard Nimoy a raconté son enfance à l’écrivain Abigail Pogrebin dans un ouvrage publié en 2005, Stars of David : Prominent Jews Talk About Being Jewish. «“Sale juif” était une insulte que j’entendais souvent enfant» se souvient l’acteur, qui explique que ses parents, ayant quitté la Russie à cause des pogroms, lui conseillaient toujours de la jouer «profil bas». Son enfance baigne dans le yiddish, seule langue parlée par sa grand-mère, qu’il apprend, parle et lit couramment. Un grand-père tailleur de cuir, un père coiffeur… l’univers de Leonard Nimoy est celui d’une famille nombreuse issue du shtetl, qui vit frugalement et lui transmet les valeurs du judaïsme. La notion de «sécurité» est au cœur de l’éducation qui lui est donnée, et Nimoy confie que ses parents, craignant pour son avenir, ne l’encourageront pas dans son désir de devenir acteur. Cette «sécurité», il la trouvera pourtant grâce à Star Trek, qui fera de lui un multimillionnaire.

 

 

Bien que diffusée seulement durant 3 saisons, de 1966 à 1969, la série télévisée de science-fiction créée par Gene Roddenberry, qui voulait à l’origine confier le rôle de Spock à Martin Landau (Mission Impossible), n’a jamais vraiment quitté les écrans, emblématique d’une culture pop qui traversera les générations. 10 films (Nimoy jouera dans les 6 premiers, et réalisera les 3ème et 4ème volets), 4 nouvelles saisons de la série, un dessin animé, des rediffusions à gogo, des figurines, costumes, conventions, parodies, apparitions dans 2 épisodes des Simpsons, jusqu’à la sitcom The Big Bang Theory, dans laquelle le personnage de Sheldon Cooper est obsédé par Leonard Nimoy, au point de ne plus avoir le droit de l’approcher par décision de justice, Spock est partout ! Même ses oreilles se vendent à prix d’or sur eBay.

 

 

Comme dans toute bonne histoire juive, Nimoy raconte que ses parents reconnaîtront enfin la réussite de leur fils lorsqu’ils le verront jouer le rôle de Tevye dans Un violon sur le toit, sur une scène de Boston en 1971. «Star Trek», explique-t-il, «c’était trop loin de leur univers, même s’ils avaient compris l’importance de la série pour ma carrière. Ils savaient que j’étais connu, parce qu’ils étaient dans l’annuaire et que leur téléphone sonnait sans cesse, que des inconnus venaient frapper à leur porte. Des gens se rendaient même dans le salon de coiffure de mon père, qui avait accroché une photo de moi en Spock sur son mur, et lui disaient “mon gamin veut une coupe Spock”. Mais c’est en allant voir Un violon sur le toit dans une salle de 2500 places pleine à craquer, qui applaudissait à tout rompre, que mes parents ont vraiment compris. Tevye, c’était leur monde.»

 

 

Leonard Nimoy avait quitté Boston pour Hollywood à l’âge de 18 ans, et se souvient de l’importance du théâtre yiddish dans sa formation, rencontrant des acteurs mythiques tels que Maurice Schwarz, le fondateur du célèbre Yiddish Art Theater de New York, qui le fera jouer dans la langue de son enfance. Mais sa carrière hollywoodienne débute surtout par des petits rôles plutôt improbables. Le comédien narre avec humour avoir longtemps été catalogué dans les personnages «ethniques» très éloignés de ses racines juives. «Les types avec mon physique se tapaient en général les rôles de méchants, les méchants mexicains, les méchants italiens… Et j’étais content d’avoir ces rôles ! J’ai joué les Indiens dans des Westerns pendant des années ! Le premier rôle d’Indien que j’ai décroché, je l’ai eu parce qu’un acteur amérindien l’avait refusé, tellement il trouvait le personnage ignoble. Mais moi j’étais ravi d’avoir le job !»

 

 

 

Avec Star Trek, Nimoy décroche le jackspock à 35 ans. Le duo qu’il forme avec le capitaine Kirk, interprété par William Shatner (également juif originaire d’Ukraine) fonctionnera à merveille, entre l’impétuosité de Kirk et la froide logique du Vulcain. Les 2 comédiens enregistreront par la suite des disques devenus cultes, ovnis de spoken word pop, et resteront des amis fidèles. Sur les origines du salut vulcain, Nimoy a maintes fois raconté son histoire, inspirée par la bénédiction des Cohanim qu’il regardait enfant à la synagogue en compagnie de son père, ce malgré son interdiction formelle de lever les yeux vers les officiants. Après Spock, Leonard Nimoy tournera dans la série Mission Impossible, mais le rôle de Star Trek lui collera aux oreilles. Il se tourne vers le théâtre, enregistre encore quelques disques, écrit des recueils de poésie, puis revient au cinéma avec les adaptations sur grand écran de la série. En 1982, il jouera dans le téléfilm A woman called Golda son unique rôle de juif face à une caméra, interprétant le mari de Golda Meir, Morris Meyerson, avec Ingrid Bergman dans le rôle-titre pour sa dernière apparition à l’écran.

 

 

L’une de ses autres passions, la photographie, le conduira à réaliser de superbes photos de nus inspirées par la Shekina, la «part féminine de Dieu» évoquée dans la Kabbale, qui paraîtront dans un livre d’art. Elles feront scandale dans certaines communautés juives américaines, alors que les critiques verront en Nimoy un grand photographe, dont les clichés seront par la suite exposés dans des musées, dont les collections permanentes du Jewish Museum de New York.

 

 

Marié en 1954 avec l’actrice Sandra Zober, avec laquelle il aura deux enfants, il divorce après 33 ans de mariage puis épouse en 1989 l’actrice Susan Bay. À l’annonce de sa disparition, le 27 février 2015 à l’âge de 83 ans, les hommages ont afflué, de Barack Obama à la Nasa, en passant par ses fans anonymes du monde entier. Son ami William Shatner a écrit sur Twitter : Je l’aimais comme un frère. Son humour va manquer à tous, comme son talent, et sa capacité d’aimer. Adepte du réseau social, avec plus d’un million de followers, Leonard Nimoy signait ses tweets de l’abréviation LLAP, pour Live Long and Prosper, l’adieu vulcain.

 

Alain Granat

Copyright photos : DR

Article publié le 28 février 2015. Tous droits de reproduction et de représentation réservés © 2015 Jewpop

 

Commentaires (0)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

Articles similaires

Bogosses et hoummous, la recette israélienne qui fait baver sur Instagram

Hot Dudes And Hummus est un compte Instagram lancé par 4 étudiants israéliens, dont […]

Il était une voix… Albert Simon

Décédé le 5 juillet 2013 à l’âge de 93 ans, Albert Simon restera l’une […]

« Les juifs américains » d’André Kaspi

«Un américain a toujours deux patries, celle qu’il a quittée et les États-Unis». De […]

10 photos inoubliables du ghetto de Lodz

C’est grâce à son appareil photo qu’Henrik Ross survécut à la Shoah. Il fut […]