Loading...

Les feujettes peine-à-jouir ?

Feujettes peine à jouir

 

Un pote me dit la semaine dernière : « Sharon, ta chronique sur nous au lit, Pourquoi les Juifs sont de mauvais coups, franchement, j’ai ri (t’es quand même une belle salope) mais tu sais, dans un tango, on est deux alors faudrait peut être qu’on vous tende un miroir, à vous les filles juives. Parce que si on est nuls, c’est pas seulement la faute au mohel et à papa-maman. »

 

Feujettes peine à jouir

 

Il a continué : “Moi je veux bien qu’on soit des mauvais coups, mais faut dire que même avec la meilleure volonté du monde, c’est pas facile de rester fier longtemps quand, face à ton kapo-paul au garde à vous, la Ida Firkovitzsc elle se met à pleurer parce que ta raideur toute militaire lui rappelle les « heures sombres de l’histoire » et que ton « heil zizi » est une insulte à la mémoire de 6 millions de juifs. Fallait se méfier aussi gros schmock. Son « Jouir après Treblinka » posé sur la table de nuit, c’était pas un projet, une ambition, c’était le constat d’une impossibilité. Tu sais, un peu comme dans Dieu après la Shoah, si la question est posée, la disparition est déjà actée.

 

Trauma

 

Dans ces circonstances, t’avoueras que maintenir une bandaison honorable, tu le vis comme une déclaration négationniste. Tu te sens tellement mal que t’es à deux doigts d’intenter un procès Licra à ta propre teub. D’ailleurs tu la regardes (ta teub) comme Patrick Klugman dévisagerait Faurisson : t’es accusateur. Et tu comprends un peu mieux comment certains dans l’histoire en sont venus à pratiquer l’auto-castration. Sentiment de culpabilité extrême. C’est chaud.

 

yiddish erotica

 

Exit les Ashkénazes. C’est rien que des frigides ou des castratrices vicieuses. Elles te la coupent pas direct, nan c’est plus tordu, elles font en sorte que t’aies envie de te la couper tout seul. Le crime parfait. Elles sont faites pour les romans et la psychanalyse ces tarées, pas pour la baise IRL. En plus le ratio investissement plaisir est nul. Toutes ces lectures de poètes chiants et ces écoutes interminables de Schönberg pour qu’elles finissent en larmes devant ton SS (slip serré), t’as dit never again.

 

Femmes juives Gabès

 

Alors quoi, le salut sexuel viendrait-t-il par les filles séfarades, les délicieuses Deborah Bensoussan à la peau dorée et parfumée ? Ben même pas mon gros. La Séfarade, c’est quand même l’arnaque du siècle. Sa culpabilité est bien cachée derrière une façade sexy, nature, à l’orientale quoi. Alors oui, pour être gourmande, ça, elle est gourmande. Elle est tellement gourmande qu’elle a dévoré ta merguez-boulettes avec appétit. Et avec les dents. Elle s’est crue chez Berbèche la h’mara. Elle t’a même réactivé une mnemosis inconsciente de ta mila, t’as hurlé : Noooon, pas les 15 centimètres restants !!!! Le trauma.

 

 

À part cette empotée, on peut dire que les filles sefs, y en a deux catégories.

 

Il y a celle que t’as baisé, qui se marie après et que tu croises avec un fichu, flanquée de 6 marmots quelques années plus tard. Celle qui expie les heures (bon ok, les minutes) de plaisir que t’as passé avec elle en devenant consciencieusement imbaisable et très très chiante. Toi qui est devenue une mère la morale et qui te farcis des vidéos Torah-Box : on te voit.

 

Feujette

 

Et puis y a celle que t’as pas baisé. Celle qui est un peu plus intelligente que les autres. Celle qui t’a fait miroiter monts et merveilles en jouant avec tes nerfs, parce que tu comprends « je suis une fille bien, j’attends le mariage ». Celle-là, c’est celle que tu as épousé, inconscient ! Et alors tu découvres chez elle des zones érogènes inconnues : appart de 200m² dans le « bon 17ème », diamants Cartier, fringues à 1000 balles, sa mère à la maison tous les shabbat. En fait, elle est pas frigide, la faire jouir coûte juste un bras. Et exige a minima un diplôme d’école de commerce ou de médecine. Elle a peut être pas lu beaucoup de livres mais elle, elle a bien intégré la leçon des féministes radicales : le mariage est la continuation de la prostitution, en plus onéreux.

 

Alors sérieux Sharon, t’étonnes pas si on finit par chercher notre délivrance chez les shiksas*. On venge nos ancêtres, on économise notre PEL, et surtout, on sauve ce qui reste de notre virilité, le tout sans avoir l’impression de niquer notre mère. Le graal.”

 

Témoignage recueilli par Sharon Boutboul

*mot yiddish à connotation péjorative, désignant une jeune femme non-juive

 

© photos et visuels :  DR

Article publié le 11 juillet 2018. Tous droits de reproduction et de représentation réservés © 2018 Jewpop

Commentaires (0)

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "Les feujettes peine-à-jouir ?"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Dany
Invité

Grandiose !!!

Leah
Invité

« Jouir après Treblinka » posé sur la table de nuit, c’était pas un projet, une ambition, c’était le constat d’une impossibilité… J’avoue j’ai éclaté de rire, quelle plume ! Et je suis ashké et petite-fille de rescapé, c’est grave ?

Lisa
Invité

« la sefarade c’est quand même l’arnaque du siècle » punchline du siècle aussi ! :)))) J’ai ri à gorge déployée (pas profonde hein ! Vous me prenez pour qui ? 😉 Et c’est une feujette sef qui signe !

Shalom
Invité

OMG que c’est mauvais et mal écrit

Lisa
Invité

Peine à jouir ? 😉

Esther
Invité

Merci Jewpop pour vos articles toujours hilarants et jouissifs !

Isaac Levy
Invité

Bonjour,

c’est normal, nous le peuple juif on a des petites bites circoncit, logique qu’on arrive pas à faire jouir nos femmes.

Moi perso j’adore l’argent et j’ai même jamais donné un radis à une prostitué, pas l’envi qui m’en manquait, mais je suis bien trop prêt de mes sous.

Tout ce que j’espère que c’est que les goyes vont tous crever et qu’on ai une planète 100% juive, nous somme tout de même une race largement superieur à ces goyim de merde.

wpDiscuz

Articles similaires

Salatim

Salatim, le restaurant qui amène les saveurs d’Israël au Sentier

Parmi la vague de restaurants israéliens qui a déferlé sur la capitale, le restaurant […]

Johanna Shimkus Peter Basch

Joanna Shimkus, étoile filante des sixties

Le public français la découvre dans Les Aventuriers de Robert Enrico en 1967. Arte […]

Lior Raz

L’interview Jewpop de Lior Raz,
Doron dans la série « Fauda »

De passage à Paris ce week-end, Lior Raz a accepté de répondre aux questions […]

Erran Morad Sacha baron Cohen

Sacha Baron Cohen, le coach des
trous du cul américains

Depuis le 15 juillet, Sacha Baron Cohen ridiculise l’Amérique conservatrice, les membres de la NRA […]