Loading...

Maoz tsour, chanté par les Éclaireurs Israélites de France avant la guerre

 

Demain soir, la première bougie de Hanouka sera allumée dans de nombreux foyers juifs, puis sera entonné Maoz tsour, poème liturgique traditionnel qui résonne après l’allumage de chaque bougie. Jewpop vous fait découvrir une version de ce chant particulièrement émouvante et rare, enregistrée par la chorale des Éclaireurs Israélites de France entre 1935 et 1938, et dirigée par Léo Cohn.

 

Entre 1935 et 1938, Léo Cohn dirige le premier local des EIF, « Notre Cité », 38 rue Vital dans le 16ème arrondissement de Paris. C’est là qu’il crée la première chorale EI, avec une exigence de qualité très élevée : tous les choristes doivent savoir lire une partition. La chorale se produit plusieurs fois en public. Son répertoire sera composé d’abord de chants scouts, puis d’airs folkloriques juifs et français et même de chant classique et de musique d’avant-garde. Léo Cohn s’engagera dans la Légion étrangère à la déclaration de la guerre puis, démobilisé, s’occupera pendant 3 ans d’enfants juifs comme instructeur EI, avant d’être arrêté par la Gestapo à Toulouse en mai 44, transféré à Drancy et déporté à Auschwitz le 31 juillet 1944. Il meurt le 28 décembre 1944, âgé de 29 ans, sans doute d’épuisement et de maladie, dans le camp d’Echterdingen situé sur l’aéroport de Stuttgart (extrait du site dédié à la mémoire de Léo Cohn)

Julien Klein
© visuels : Mémorial de la Shoah

Article publié le 23 décembre 2016. Tous droits de reproduction et de représentation réservés © 2016 Jewpop

 

Commentaires (0)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

Articles similaires

« Les juifs américains » d’André Kaspi

«Un américain a toujours deux patries, celle qu’il a quittée et les États-Unis». De […]

Columbo découvre l’Amérique

En 1899, paraissait un ouvrage qui fera date dans l’histoire de la […]

10 photos inoubliables du ghetto de Lodz

C’est grâce à son appareil photo qu’Henrik Ross survécut à la Shoah. Il fut […]

Mickey à Gurs

«Mickey à Gurs» est un magnifique cénotaphe pour un artiste disparu, et une poignante […]