Loading...

Mon royaume pour un bagel !

 

 

L’Angleterre a étrangement mauvaise réputation gastronomique : gelée, haricots en sauce, bacon trop gras, saucisses au petit déjeuner, toasts de pain de mie industriel, fish and chips… Pourtant, Londres, en bonne ville cosmopolite qui se respecte, regorge d’innombrables possibilités culinaires en mesure de satisfaire nos papilles délicates. Ici on trouve (presque) de tout.

Bien qu’il demeure difficile de se fournir en baguette tradition et camembert, les connaisseurs savent s’approvisionner en bon vin français dans des caves dont je tairai le nom. Chauvine et convaincue de la supériorité du raffinement parisien, je dois admettre qu’on peut manger de très bonnes choses en dehors de l’hexagone : délicieux burgers (de quoi dépasser un bon vieux Razowski), cottage cheese, carrot cakes, cheese cakes, cookies tombés du paradis, et surtout… Bagels.

Le bagel. L’histoire de ma vie : toasté ou non, chaud et beurré, tartiné à la confiture, froid et rempli de saumon fumé et de cream cheese, ou encore à la chiffonnade de jambon et à la moutarde (dinde fumée pour la version casher)… Le bagel se pratique à toute heure du jour ou de la nuit et s’adapte à tous les repas, surtout le brunch pour les lève-tard de ma trempe. D’ailleurs, j’aime tellement le bagel que j’ai fini par taper «bagel» sur Google et découvrir sur Wikipédia que le bagel est un truc de juifs. Oui, les juifs sont partout.

 

 

J’étais déjà au courant pour la hallah, merveilleux pain tressé addictif qui nous empêche de manger le couscous de mamie parce qu’on a déjà avalé la moitié du pain. Mais le bagel, oui le BAGEL, est non seulement juif mais ashkénaze ! Oh joie ! «Le bagel (du yiddish בײגל ‘beygel’) est un rouleau en forme d’anneau à la texture très ferme, fait d’une pâte au levain naturel, cuit brièvement dans l’eau avant d’être passé au four».

Le bagel a été importé aux Etats-Unis et au Canada au moment de l’immigration des juifs d’Europe Centrale et Orientale (qui auront tout inventé en somme : le sionisme, le bagel). Et finalement, à Londres aussi on se nourrit de bagels. Ils inondent les rayons des supermarchés, mais comme vous me faîtes confiance, vous suivrez mes conseils pour en acheter des vrais, des bons, des faits maison.

 

 

Foin d’un classement exhaustif des meilleurs bagels de Londres, je vous recommande un seul endroit : Brick Lane Beigel Bake. Cette bakery (boulangerie) à la productivité hallucinante propose toutes sortes de petits pains, pâtisseries, et surtout bagels ! Présentée comme jewish dans tous les guides, elle n’est pas pour autant casher. Ouverte 24 heures sur 24, elle est un repère à noctambules de l’Est londonien affamés par une rude nuit de chaloupe.

Bien que Brick Lane ait grandement perdu de son charme depuis que la légendaire rue a été colonisée par les hipsters, les mauvaises fripes et les touristes bruyants, une valeur sure demeure : la Beigel Bake. Je vous recommande évidemment le salmon and cream cheese beigel, mais aussi celui au salami (attention il y a du beurre avec la viande, sacrilège), ou encore le petit dernier au poulet ou encore celui au bœuf chaud. Et comme ces joyeux sandwichs coûtent entre 25p (pour le simple pain) et 1.60£, vous prendrez bien un dessert. Mon petit préféré : le cheese cake. Mais il faut admettre que le roulé aux pommes façon strudel n’est pas mal non plus. Le chocolate fudge est bien anglais et vaut aussi le détour. Bon appétit.
Cindy Abitboule

 

Brick Lane Beigel Bake : 159 Brick Lane, E1 6SB

 

Retrouvez les autres chroniques londoniennes de Cindy Abitboule sur Jewpop

Commentaires (0)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

Articles similaires

Il était une voix… Albert Simon

Décédé le 5 juillet 2013 à l’âge de 93 ans, Albert Simon restera l’une […]

« Les juifs américains » d’André Kaspi

«Un américain a toujours deux patries, celle qu’il a quittée et les États-Unis». De […]

Columbo découvre l’Amérique

En 1899, paraissait un ouvrage qui fera date dans l’histoire de la […]

10 photos inoubliables du ghetto de Lodz

C’est grâce à son appareil photo qu’Henrik Ross survécut à la Shoah. Il fut […]