Loading...

Nos années Betar

 

 

L’histoire de la communauté juive française est un perpétuel recommencement. Psychologie des psychoses et sociologie de la répétition. Quand je vois la Ligue de Défense Juive à la Une de l’Express, comme chaque année avec ses sensationnels «Faut-il avoir peur des sectes ?» ou «Quel avenir pour les banlieues ?», je ne peux m’empêcher de repenser à mes années Betar. La LDJ est au Betar ce que l’iPad est à la Gameboy, un cousin éloigné. Mais on ne peut pas ignorer la réalité de la filiation. Dans toutes les familles, il y a toujours un parent dont on a un peu honte et qui, pourtant, assume parfaitement sa raison d’être.

 

C’était l’époque des manifestations contre la profanation du cimetière de Carpentras, Mitterrand qui fleurissait allègement la tombe de Pétain sous les huées de centaines de jeunes en colère, les années Ciel mon mardi ! où Dechavanne devait contenir sur son plateau un déluge de mecs révoltés, à l’assaut du cinglé qui réclamait une minute de silence pour les soldats allemands morts. C’était l’époque où, la semaine, j’allais au lycée peinard avec un tee-shirt Intifada Buster, un lanceur de pierres palestinien derrière le panneau sens interdit, et les week-ends direction boulevard de Strasbourg. Chaque dimanche, je courais au Betar rejoindre ma bande de militants, les nerfs et la Maguen David à vif. Shimi Tavori et Haïm Moshé avaient beau chanter l’amour façon Gray et Barbelivien, avec les mêmes chemises fleuries mais la paire de sandales assumée qui termine le jean, j’avais préféré opter pour une autre tendance. Formation minutieuse à l’Apocalypse et préparation accélérée à la guerre de Gog et Magog. Militant forcené et infatigable, le Betari savait mieux que personne que la fin du monde était imminente et aussi inéluctable que la disparition de La Cinq, ou un retourné acrobatique de Jean-Pierre Papin.

 

– «Qu’est ce qui voit des ennemis partout et qui commence par un P ? »

– «Perspicace ?» (Woody Allen)

 

 

Le Betar est un mouvement organisé et ultra discipliné de prédateurs paranoïaques. Une vie bien remplie à chasser à tour de rôle le skinhead, le keffieh et le gaucho. Et ça faisait mal quand on tombait sur le premier crâne rasé avec la carte de l’Afrique autour du cou et le sac en bandoulière du Larzac. Nous, on avait beau porter le drapeau d’Israël comme un poncho, on ne plaisantait pas avec l’ennemi. Ça traquait sans relâche la Doc Martens ou la djellaba agressive dans chaque arrondissement de la capitale. Nous étions invincibles, la kippa colorée sous la casquette bleu nuit, avec le logo de la menora blanche. On connaissait par cœur la Tikvah, Smol Hayarden et, dans nos têtes, il n’y avait que la carte du Moyen Orient calquée sur la description parfaite d’Abraham, Isaac et Jacob, qui ont vu grand façon guides touristiques sous acide, ambiance promotionnelle Radio J et descriptions hautes en couleur : Kotel sons et lumières célestes, Tel-Aviv côté modérés de Bnei Brak, et Eilat version plongée sous-marine strictement limitée aux poissons avec écailles et nageoires. Demandez le programme ! Techouva et sionisme total included !

 

– «Shavoua tov mon frère, qu’est ce qu’on fait dimanche prochain ? On se revoit le documentaire sur les pionniers de Tel Hai ? On organise un débat sur Joseph Trumpeldor, ou on lit le kaddish pour Zeev Jabotinsky ? »

– «Dis-moi Ahi, on ne peut pas plutôt revoir les nibards de Sophie Marceau dans Pour Sacha ? Le sionisme des anciens, c’est sympa, mais ça manque un peu de meufs quand même…».

 

Ils avaient du bon ces militants du Betar, guerriers juifs qui nous apprenaient à survivre dans la jungle urbaine parisienne, et qui arpentaient les manifs pour protéger les petits vieux qui défilaient contre la venue d’Arafat à Paris. Ceux qu’on était bien content d’envoyer au charbon quand ça chauffait, parce qu’on avait fait espagnol en deuxième langue et eux krav-maga. Ben Gourion tendance Ben Gourdin. On se faisait la tête de Golani, les dents serrées et le sourire amer, le sweat kaki de chez Tsahal ramené des zones piétonnes de Jérusalem, où on avait négocié la doubone à la moitié du prix de la doudoune Chevignon. L’université et les écoles de commerce, c’était bon pour l’ashkénaze planqué ou l’assimilé qui ne voyait rien venir. Tant pis pour eux, on a passé un temps fou à les prévenir. Nous, on s’était juré de faire notre aliya comme des braves, de se taper trois ans d’armée sans ciller, garde-frontière magav, unité d’élite sayeret matkal ou infiltrés dans les territoires façon douvdevan. Nous nous étions promis d’être des durs à cuire, des armoires à glace, on portera le sefer le samedi comme on présente ses abdos, fier et raide comme la Uzi. On apprenait à tirer, à se battre au couteau et au full-contact, je me demandais juste pourquoi personne ne nous avait jamais appris à tchatcher correctement, quand je regardais mes compères sur Envoyé Spécial ou Coucou c’est nous, la moue hargneuse mais la rage bourrée de fautes d’orthographe et de grammaire infâmes, une syntaxe taillée pour le bec-de-lièvre.

 

 

Heureusement, il y avait Jacques Kupfer, grand argentier du Likoud mondial et prêtre-roi du sionisme de combat, digne organisateur des Maccabiades de l’angoisse pathologique self-défense. Kupfer, c’est comme Richard Anconina, tu le vois tous les dix ans à la télé et tu te dis qu’il n’a pas pris une ride et te tient toujours le même discours. Ça veut toujours mettre à feu et à sang Gaza, l’Iran et le Pakistan, lancer toutes les guerres thermonucléaires possibles, et bâtir le troisième temple en rasant tout sur son passage de l’Atlantique à l’Oural. Kupfer, c’est Raël, le même collier de barbe et le même discours flippant. Que les Elohim débarquent et nous obligent à tous coucher ensemble, je pouvais le concevoir, mais là où j’ai décroché pour de bon, c’est quand je l’ai entendu expliquer que Dieu était forcément de droite. J’avais beau me poser des myriades de questions et être le roi du péché en moins de dix secondes, j’ai arrêté d’y croire. À vrai dire, Dieu, je l’ai jamais imaginé crâne rasé en tee-shirt jaune, à fumer des clopes rue des Ecouffes et poser avec son casque de scooter autour du bras.

 

 

Benjamin Médioni

 

Article publié le 13 février 2013. Tous droits de reproduction et de représentation réservés © 2015 Jewpop

Photos © DR

Lire la chronique « Nos années BBYO » de Benjamin Médioni

Commentaires (0)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

Articles similaires

Bogosses et hoummous, la recette israélienne qui fait baver sur Instagram

Hot Dudes And Hummus est un compte Instagram lancé par 4 étudiants israéliens, dont […]

Il était une voix… Albert Simon

Décédé le 5 juillet 2013 à l’âge de 93 ans, Albert Simon restera l’une […]

« Les juifs américains » d’André Kaspi

«Un américain a toujours deux patries, celle qu’il a quittée et les États-Unis». De […]

10 photos inoubliables du ghetto de Lodz

C’est grâce à son appareil photo qu’Henrik Ross survécut à la Shoah. Il fut […]