Loading...

Portraits d’Israéliens : le chauffeur de taxi

Dessin de Rachel Lbw Bch taxi israélien

 

Dans la série des personnages qui font la gloire d’Israël, le chauffeur de taxi est un incontournable. Typiquement, le chauffeur de taxi ne va pas hésiter à remettre tous vos choix de vie en question, donc, attachez vos ceintures et en voiture Shimon !

 

Asher taxi Ertz Nehederet

 

L’autre jour, je devais me rendre en vitesse à un rendez-vous important où j’allais de toute façon arriver en retard (mais eux aussi, le but de ce jeu national étant d’arriver moins en retard que l’autre et de faire croire qu’on l’attend depuis longtemps). J’optais donc pour le taxi, à mes risques et périls. J’entrai dans la voiture et annonçai l’adresse au chauffeur, ce à quoi il me répond un étonnant « Qu’est-ce que tu as à faire là-bas ? », au lieu de l’attendu « OK, avec ou sans compteur de kilomètres ? – ou en d’autres termes « tarif arnaque ou pas arnaque ? ». Je n’étais pas vraiment prête pour cette question existentielle et encore moins sûre de la raison pour laquelle elle avait été posée. La réponse intuitive, qui aurait été opportune en France : « Cela ne vous regarde pas ! » serait tombée dans un puits d’incompréhension, et aurait été suivie d’un fastidieux monologue établi pour démontrer que si, justement ça le regardait, parce que dans l’inconscient collectif israélien, on est une grande famille, et que donc tout regarde tout le monde. Je voulais mettre toutes les chances de gagner la sympathie de cet homme de mon côté, sait-on jamais, et donc je me rendis avant même que la bataille eu commencé, en expliquant « J’ai un rendez-vous professionnel ».

 

Dessin de Rachel Lbw Bch taxi israélien

Illustration Rachel Lbw Bch

 

Que ne fis-je pas de prononcer ces mots, qui suffirent à me faire démasquer – mon accent français aura encore une fois eu raison de moi ! « Tsarfatia ? » Française ? Eh oui, lui répondis-je, en gardant pour moi la suite du fil de ma pensée : « Bien joué mon vieux, en effet je suis Française, je n’ai pas pour habitude de faire semblant de parler avec un accent étranger quand je m’adresse à des inconnus, je sais bien que ma mère pense que je suis célèbre parce que j’ai 600 amis sur Facebook, mais je n’en suis pas à devoir adopter une fausse identité quand je sors en public … »

 

Mais pourquoi tant de véhémence dans mes propos, me demanderez-vous ? Tout simplement parce que c’est bien connu, les chauffeurs de taxi ont le don de remettre en cause toutes tes certitudes et tes choix de vie et que je n’étais pas prête pour LA discussion. On la connait tous, la rengaine du chauffeur de taxi israélien, notre chant des gondoliers à nous. Pour nous les olim, c’est pourquoi on est venus en Israël, pour les personnes mariées, c’est pourquoi ils se sont mariés, pour les célibataires c’est pourquoi ils restent tous seuls, etc, tout le monde y passe. C’est un système qui a le mérite d’être très égalitaire, même si il faut se rendre à l’évidence, le chauffeur de taxi a toujours raison, tu ne pourras jamais gagner.

 

Taxi Tel-Aviv

 

En ce qui nous concerne, nous les franchouillards, il existe deux versions de la discussion taxiesque. Soit tu as affaire à un chauffeur très sioniste qui va te congratuler pour ton alya comme si tu étais une version casher de mère Theresa, une femme de sacrifices et de don de soi pour une cause plus grande. Le chauffeur très sioniste affirmera aussi régulièrement que « La France, c’est plus ce que c’était », alors que tout ce qu’il connait de la France c’est Amélie Poulain, la tour « Aiefel » et le french kiss. L’alternative, c’est le chauffeur moins idéaliste, plus cynique, qui se moque gentiment de toi et te prend pour une allumée d’avoir quitté de son plein gré l’eldorado des allocations familiales, des croassanim (croissants, pour ceux qui suivent pas) et de Disneyland Paris. Il te ricane au nez, poussé par un léger complexe de supériorité, qui cache un complexe d’infériorité (d’après les plus grands spécialistes), qui cache un gros chagrin parce que la vie en Israël c’est trop dur.

 

En fait le chauffeur de taxi c’est un petit peu la fée dans les contes, celle qui te guide et te fait te reconnecter avec ta vraie mission sur cette terre, sauf qu’à la différence de la fée du lac, lui est généralement grassouillet, fume une cigarette d’une main, mange un falafel de l’autre et passe ses appels à toute sa famille de la troisième. Le tout sur un fond de musique orientale cocasse voire inaudible à l’oreille d’un non initié, mais que tu t’es mis à aimer sincèrement, par le truchement d’un intéressant phénomène d’adaptation émotionnelle et sociale.

 

Et vous, quelles sont les meilleurs perles que vous avez entendues en taxi ?

 

Gabrielle Danieli

 

Lire la chronique de Gabrielle Danieli Portraits d’Israéliens : mon patron

© illustration : Rachel Lbw Bch / DR

Le compte Instagram de Rachel Lbw Bch

© photos : Eretz Nehederet / DR
Article publié le 10 juin 2018. Tous droits de reproduction et de représentation réservés © 2018 Jewpop

Commentaires (0)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

Articles similaires

Lior Raz

L’interview Jewpop de Lior Raz,
Doron dans la série « Fauda »

De passage à Paris ce week-end, Lior Raz a accepté de répondre aux questions […]

Erran Morad Sacha baron Cohen

Sacha Baron Cohen, le coach des
trous du cul américains

Depuis le 15 juillet, Sacha Baron Cohen ridiculise l’Amérique conservatrice, les membres de la NRA […]

Temple Salomon Sao Paulo

Le Temple de Salomon renaît au Brésil

Entre confusion religieuse et démonstration de force, l’auto-proclamé évêque Edir Macedo, de la Igreja […]

Feujettes peine à jouir

Les feujettes peine-à-jouir ?

Un pote me dit la semaine dernière : « Sharon, ta chronique sur nous au […]