Loading...

Radical Jewish Culture au MAJH : une expo et des concerts à ne pas manquer !

Le Musée d’art et d’histoire du judaïsme à Paris présente la première exposition consacrée à la Radical Jewish Culture, mouvance musicale issue de la scène underground newyorkaise des années 1980 et 1990. En parallèle à l’exposition est organisé un programme de concerts exceptionnel : John Zorn, Anthony Coleman, Mark Feldman et Sylvie Courvoisier, David Krakauer, Frank London, le Ben Goldberg Trio (ex-New Klezmer Trio)… Les plus grands noms de cette scène. joueront dans des dispositifs pour la plupart inédits en Europe.

En 1992 se tient à Munich un événement au titre manifeste : Festival for Radical New Jewish Music. Le programme du festival est imaginé par le compositeur et saxophoniste new-yorkais John Zorn, qui s’entoure pour l’occasion de figures majeures de l’underground new-yorkais : Lou Reed, John Lurie, Tim Berne, mais aussi Marc Ribot, Frank London, David Krakauer, Roy Nathanson, Elliott Sharp ou encore Shelley Hirsch. John Zorn choisit d’y présenter une pièce intitulée Kristallnacht en remémoration de la Nuit de Cristal du 9 novembre 1938 : une pièce puissante qui transgresse les normes d’écoute, en mêlant improvisations free-jazz et klezmer, discours d’Hitler et bruits de bris de vitres.

L’événement fait date : des musiciens juifs américains jouent en Allemagne et tentent, pour la première fois, de retracer la genèse des musiques de la scène underground newyorkaise à travers des sources juives. Dans le sillage de ce moment fondateur, des tournées sont organisées en Europe, tandis que des clubs de Manhattan, telle la Knitting Factory, accueillent des festivals de Radical Jewish Music associant performances, lectures et débats, et soulevant des questions essentielles à leurs yeux : qu’est-ce que la musique juive d’aujourd’hui ? Que dit la musique que l’on joue de nos origines et de notre expérience de vie ?

Dès les années 1970 et 1980, des musiciens juifs new-yorkais, très présents sur les scènes alternatives du rock, du punk, de l’avant-garde jazz et de la musique contemporaine, (re)découvrent le répertoire des musiques juives populaires, notamment celui des musiques juives d’Europe orientale, le klezmer. Ces acteurs clés de l’avant-garde musicale et de la world music y puisent – non sans un certain degré de contestation – un nouvel engagement artistique qui souligne la force du lien qui les rattache à leur culture juive, vécue comme source d’inspiration et de questionnements constants.

New York est leur foyer de création, en particulier le sud de Manhattan. Les quartiers longtemps populaires de l’East Village et du Lower East Side ont accueilli, au début du XXe siècle, les populations juives immigrées d’Europe de l’Est. Dans les années 1950, ils deviennent le refuge des avant-gardes esthétiques, depuis la Beat Generation ( Jack Kerouac, Allen Ginsberg ,William Burroughs) jusqu’à John Cage et Andy Warhol. Espace de contestation intellectuelle, esthétique et politique, ce New York radical a longtemps gardé les traces de la culture yiddish, qui y a connu une véritable renaissance. Cette atmosphère culturelle très spécifique imprègne encore fortement les lieux, lorsque les musiciens de ce qui deviendra la Radical Jewish Culture s’affirment artistiquement, au cours des années 1980.

Dans le prolongement de cet héritage, John Zorn crée en 1995 la collection « Radical Jewish Culture » (plus de 120 titres parus à l’heure actuelle) sous le label Tzadik, devenu depuis une référence incontournable des musiques alternatives. Les albums édités dans cette collection s’inscrivent comme autant de réponses aux questions qui s’imposent aux musiciens confrontés à la tradition protéiforme dont ils sont issus.

Le parcours de l’exposition est thématique ; à travers une approche essentiellement sonore et visuelle, il revient sur les temps forts de la création musicale, depuis la scène du Klezmer Revival jusqu’aux explosions sonores du groupe phare de John Zorn, Masada, en passant par le festival de Munich de 1992. À partir de l’écoute se déploie le contexte historique, musical et artistique dans lequel la musique a été créée. Il met en lumière le réseau d’influences des musiciens, parmi lesquelles : la Beat Generation, présentée notamment à travers la démarche de deux icônes de ce mouvement, le plasticien Wallace Berman et le poète Allen Ginsberg ; les artistes juifs révolutionnaires du début du XXe siècle, comme El Lissitzky ; ou encore la scène du rock alternatif des années 1970. Grâce à l’implication des acteurs clés de cette scène, de nombreux documents d’archives (interviews, prises de concerts et textes largement inédits) ont pu être rassemblés.

Comme le dit John Zorn, la Radical Jewish Culture est tout à la fois une mouvance musicale, un mouvement aux résonances politiques diverses affirmées et assumées, une communauté de musiciens et, plus largement, une communauté esthétique.

Ce texte est issu du site Internet du Musée d’art et d’histoire du judaïsme.
A ne pas manquer cette semaine : David Krakauer et Anthony Coleman (dimanche 18 avril, 17h)
« Radical Jewish Culture », jusqu’au 18 juillet 2010, MAHJ, Hôtel de Saint-Agan, 71, rue du Temple, Paris 3e, m° Rambuteau, Hôtel de Ville, lun-ven, 11h-18h, nocturne le mercredi jusqu’à 21h, 7 euros (TR: 4,50 euros).

Commentaires (0)

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Radical Jewish Culture au MAJH : une expo et des concerts à ne pas manquer !"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Elie
Invité

John Zorn, le Zappa juif ! 🙂

Elie
Invité

John Zorn, le Zappa juif ! 🙂

wpDiscuz

Articles similaires

Les belles israéliennes des années 70 dans Playboy

Après notre article sur « Les filles d’Israël » vues par le magazine LUI en 1971, […]

Céline, voyage au bout de nazi

Avec « Céline, La race, Le Juif. Légende littéraire et vérité historique » publié le 6 […]

L’Ego mon jeu préféré, ou La vérité si je veux

L’Ego, mon jeu préféré, co-écrit par Audrey Nataf et Johanne Toledano, expose une galerie […]

À ce rythme, on ne pleurera plus pour personne

Il y a deux jours, je croise une vague connaissance francophone. On parle de […]