Loading...

Rashida Jones : 50% black + 50% jew =
100% sexy !

 

 

Avec un papa comme Quincy Jones et une maman comme Peggy Lipton, Rashida Jones devait forcément hériter des talents et charmes respectifs de ses géniteurs.

 

 

Née en 1976, elle a eu enfant un compagnon de jeu nommé Michael Jackson, et raconte que son double héritage juif et afro-américain lui a permis de s’ouvrir au monde. Nul doute que la splendide jeune femme, qui s’est distinguée comme comédienne dans les séries The Office et Parks and Recreation, et que l’on a récemment vue au cinéma dans le film The Social Network, ne manque pas d’atouts dans son jeu.

 

Rashida Jones JewPop

 

 

Quincy Jones a rencontré Peggy Lipton en 1974, date à laquelle il enregistre le très funky « Body Heat ». Rashida en a sûrement fait l’un de ses albums de chevet.

 

Rashida Jones Jewpop

 

Dans une récente interview au magazine Playboy, Rashida explique qu’elle rêve de se promener nue dans un endroit public. Mais vraiment public ! Du genre de Disneyland ou d’un Apple store. Rashida est décidément très facétieuse.

 

 

Rien d’étonnant à ce que le noir et le blanc figurent parmi ses couleurs favorites. Elle les porte si bien…

 

 

Sa dernière apparition au cinéma remonte à 2011, dans le film de Will Gluck Sexe entre amis. Qui n’aimerait pas faire ami-ami avec Rashida ?

 

Rashida Jones Une JewPop

 

Josée Bénazeraf

 

Lire l’interview (en anglais) donnée par Rashida Jones au site American Jewish Life.

 

© photos : GQ /DR

Article publié le 26 janvier 2012. Tous droits de reproduction et de représentation réservés © 2018 Jewpop

 

 

 

Commentaires (0)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

Articles similaires

Johanna Shimkus Peter Basch

Joanna Shimkus, étoile filante des sixties

Le public français la découvre dans Les Aventuriers de Robert Enrico en 1967. Arte […]

Shalom Bollywood

Shalom Bollywood, l’histoire extraordinaire des acteurs juifs indiens

Jusqu’à la fin des années 20, tourner dans un film était impensable pour […]

The Sefwoman

Le baal techouva en 3 tares

La dernière fois que je l’ai vu, c’était à la sortie du Baron. […]

Je me sens comme une imposture juive

Je suis juive. Je n’ai aucune idée de ce que ça signifie. Je cherche. […]