Loading...

Rencontre avec Jeremy Hababou, pianiste prodige de la scène jazz israélienne

 

Ce n’est pas un secret, la France est amoureuse de la scène jazz israélienne. Avishai Cohen, Omri Mor, Omer Avital… tous sont accueillis sur les scènes françaises des clubs et festivals avec toute la chaleur qui convient à leur talent. Il faut désormais compter avec un nouveau venu, le jeune pianiste de jazz franco-israélien Jeremy Hababou.

26 ans à peine, « révélation » selon Jazz Magazine de juin, finaliste du festival de jazz de Montreux et prof particulier de notre Dédé Manoukian national, Jeremy Hababou a sorti le 20 mai son premier album (Gaya / Socadisc), mixant compositions originales et hommages à la musique classique ainsi qu’à la chanson française. Il nous a accordé une interview 100% Jewpop.

 

Le jazz c’est une musique d’ashkénaze, non ?

 

Si tu pars du principe que le jazz c’est une musique d’intellectuels et que seuls les ashkénazes sont intellectuels, alors pourquoi pas ! Et puis, moi j’ai un quart d’ashkénaze, alors on va dire que j’ai osé. Plus sérieusement, même si c’est vrai que parmi les compositeurs de jazz les plus célèbres il y a beaucoup de juifs ashkénazes (Irving Berlin, Jerome Kern, George Gershwin…), ce qui caractérise essentiellement le jazz (qui est surtout défini comme étant une musique noire américaine) c’est le mariage entre la musique occidentale classique et la musique africaine. Conclusion, le jazz est une musique qui appartient aux ashkénazes comme aux séfarades, chacun y est pour quelque chose ! Tiens d’ailleurs, ce qu’on appelle le « jazz israélien » aujourd’hui, est en fait un remariage entre la musique occidentale et la musique africaine, mais cette fois-ci plutôt du côté du Maghreb. Les Israéliens (pas tous, bien sûr !) ont réitéré ce processus avec leurs propres origines, comme Omer Avital ou Omri Mor.

 

Présente-toi en deux mots, qui es-tu ? D’où tu viens ? Comment tu en es venu à être une étoile montante du piano jazz ?

Jeremy, 26 ans, né en France, emmené à 2 ans dans les valises de mes parents pour leur alya en Terre Promise. Environnement religieux, un peu musical quand même puisque mon père est un musicien amateur, batterie, guitare, ça m’a ouvert les oreilles, assez jeune. On m’a mis au piano à 8-9 ans, ça m’a gonflé, je jouais avec un doigt et j’ai réussi à arrêter. La musique classique ne me parlait pas, j’écoutais de la pop, du bon rap, du Dr. Dre, du Snoop Dog. Mais j’ai toujours pris la musique au sérieux, j’écoutais activement, avec mes écouteurs et mon mp3. Avec les instruments à disposition, batterie, guitare à la maison, je jouais un peu, comme ça. Vers 16 ans, mon père a acheté un piano électrique donc je m’y suis remis, j’ai pris des cours et j’ai aussi beaucoup découvert avec Internet. Je suis de la génération youTube, donc j’ai appris presque tout seul, au départ en tous cas.

 

JeremyHababou1

 

Comment j’en suis venu au jazz ? Par mes profs, qui n’étaient pas de très grands jazzmen mais dont les accords colorés m’ont tout de suite touché. J’ai adoré ! Mais je dois dire que la rencontre qui a tout changé, c’est lors d’une soirée dans un club de jazz à Tel-Aviv, pour une jam. Je suis en permission de l’armée et j’entends qu’Omri Mor est là. Moi qui avais adoré son travail avec Daniel Zamir, je le croise aux toilettes. Je lui dis « Omri ? » Il me dit « Salut », et je lui demande comme ça, de but en blanc, « Je veux que tu me donnes des cours de piano » et il a eu cette réponse que j’ai trouvé super : « Ok mais tu ne veux pas d’abord me laisser me laver les mains ?» C’est lui qui m’a conseillé d’entrer à l’école de Jazz de Tel-Aviv, c’est lui qui m’a introduit dans le milieu. Je lui dois beaucoup.

 

Une devise qui te caractérise ?

 

Je suis très têtu. Sur le papier, je n’aurais jamais dû être pianiste professionnel. La musique, c’est comme la danse classique, on dit souvent que si tu ne commences pas très jeune, c’est mort ! Que pour atteindre un certain niveau, c’est très jeune ou pas du tout. Je me suis entêté à prouver que c’était faux. On peut commencer tard. Mais il faut beaucoup de travail.

 

Qu’est-ce que tu transmets par le piano ?

 

Des sentiments, c’est assez simple finalement. Mais je ne fais pas que transmettre, ça m’apporte aussi beaucoup. Une évasion. La musique, c’est une zone où je me sens bien. Une quatrième dimension. J’ai entendu récemment Joann Sfar dire que quand il ne dessinait pas, il était déprimé. Moi c’est un peu ça, en moins triste.

 

Tu as enregistré ton album en Israël en deux jours, c’est court, non ?

 

Non, en fait c’est plutôt la norme. Déjà parce qu’on n’a pas beaucoup de moyens, donc ça doit aller vite, un jour de répétitions et un jour d’enregistrement. Aussi parce que ça a pratiquement toujours été comme ça, le jazz, ça se joue en live, tout est fait dans l’immédiat. Les musiciens vivent à New-York, donc j’ai attendu leur passage en Israël pour les attraper ! C’était chouette et intense !

 

RunAwayHababou

 

 

Que t’évoque la couverture de ton album, une œuvre originale de Yoel Benaroche ?

 

Je trouve ce visage à la fois festif et nostalgique, joyeux et mélancolique. Ça vient du blues, cette langueur qu’on crie par la musique et qui finalement donne quelque chose de vivant, de joyeux. C’est une fête cette musique, une fête qui dit que face à l’angoisse de la vie, la seule dignité, c’est la joie.

 

Le jazz est souvent perçu comme une musique de connaisseur, une musique un peu élitiste. Ta musique est étonnamment abordable pour les néophytes, elle est très mélodique, ton hommage jazz à Léo Ferré, une superbe reprise de “Avec le temps”, est très émouvant.  Tu te vois jouer pour des gens comme India Arie, ou avec des orchestres aux influences jazz et world music ?

 

Absolument. Je suis puriste et à la fois pas puriste. J’aime être sur des projets différents. Je prépare actuellement la musique du film « La promesse de l’aube ». Pour Léo Ferré, je tenais à rendre hommage à la chanson française et je suis finalement revenu aux fondamentaux du jazz, qui s’appropriait les tubes de l’époque ou les classiques, pour en proposer une version jazz.

 

Qu’est-ce que tu écoutes en ce moment ?

 

J’aime toujours le rap, la chanson française, la musique classique, que j’étudie, c’est une vraie science ! J’écoute beaucoup de hard bop, un mouvement du jazz qui a commencé dans les années 50-60. L’histoire du jazz m’intéresse. Surtout ce moment, où après la période du be bop et du jazz West Coast, on est revenu aux racines du blues, avec une musique plus agressive. C’est une musique qui a eu beaucoup de succès, avec des groupes comme celui d’Art Blakey and The Jazz Messengers. J’écoute aussi de la musique classique, en ce moment « Le clavier bien tempéré » de Bach.

 

Pour finir, je voulais te proposer cette citation du philosophe Francis Wolff, pour qui la musique « crée un monde d’événements purs ». T’en penses quoi ?

 

J’adore ! C’est exactement ça, la musique est une forme de langage ésotérique. Quand je joue, tu sais que je te parle mais tu ne sais pas exactement ce que je te dis. Il y a un « dire » mais il n’y a pas forcément de « dit », l’interprétation et le vécu sont toujours ouverts.

 

Entretien réalisé par Noémie Benchimol

 

 

Jeremy Hababou sera au Duc des Lombards à Paris le 9 juin, le 24 Juillet au Festival CosmoJazz à Chamonix, et le 31 août au Sunside Jazz Club à Paris

Le site Internet de Jeremy Hababou

Sa page artiste Facebook

Son compte Twitter

Acheter l’album Run Away (Jeremy Hababou, piano, Ziv Ravitz, drums, Haggai Cohen Milo, bass, + Gilad Ronen saxophone ) sur Fnac.com

 

© photos : Une : Sophie Le Roux / Roman Delamare & Guillaume Rondet / DR

Article publié le 7 juin 2016. Tous droits de reproduction et de représentation réservés © 2016 Jewpop

Commentaires (0)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

Articles similaires

Bogosses et hoummous, la recette israélienne qui fait baver sur Instagram

Hot Dudes And Hummus est un compte Instagram lancé par 4 étudiants israéliens, dont […]

Il était une voix… Albert Simon

Décédé le 5 juillet 2013 à l’âge de 93 ans, Albert Simon restera l’une […]

« Les juifs américains » d’André Kaspi

«Un américain a toujours deux patries, celle qu’il a quittée et les États-Unis». De […]

10 photos inoubliables du ghetto de Lodz

C’est grâce à son appareil photo qu’Henrik Ross survécut à la Shoah. Il fut […]