Loading...

Shyne, de la case prison au Mur des Lamentations

Le 27 décembre 1999, Jamaal Barrow, plus connu dans le monde du hip hop sous son nom d’artiste Shyne, se trouve au Club New York, célèbre boîte de nuit de la Grosse Pomme, en compagnie de Puff Daddy et de sa fiancée d’alors, Jennifer Lopez. Une bagarre éclate entre Puff Daddy et un client, Shyne sort une arme et tire plusieurs fois « en l’air », blessant gravement trois personnes. Arrêté peu après, il est jugé pour tentative de meurtre et condamné à 10 ans de prison en 2001. C’est en 2006 qu’il demande à changer légalement de nom, devenant Moses Michael Levi. Après avoir purgé 9 ans de sa peine, il est libéré en 2009, interdit toutefois de séjour aux USA (originaire de Belize, il se voit contraint d’y séjourner) et se convertit au judaïsme, tendance orthodoxe. Il vit aujourd’hui à Jérusalem.

Dans une interview donnée au New York Times, Moses Levi, ayant troqué la panoplie hip hop pour les vêtements traditionnels des juifs orthodoxes, raconte sa rédemption et la découverte de son judaïsme, mélange détonant de « hip hop style » et de convictions talmudiques. « Rien dans la Torah n’indique que je ne doive pas conduire une Lamborghini », affirme le rappeur, ajoutant qu’il avait commencé à lire la Bible à l’âge de 13 ans (notant au passage qu’il s’agit de l’âge de la bar-mitzvah) et qu’il s’était très vite identifié aux israélites, et en particulier au roi David, quand il zonait dans Brooklyn. Un sentiment d’appartenance au judaïsme renforcé, selon lui,  par la découverte des origines éthiopiennes de sa grand-mère maternelle, dont il recherche maintenant les éventuelles origines falashas.

Si sa pratique religieuse s’est développée en prison sous l’égide de rabbins-aumôniers, il s’est converti en Israël selon la très stricte procédure « giyur lechumra » et étudie intensément auprès de rabbins orthodoxes, tout en préparant son come-back musical. Deux albums, « Messiah » et « Gangland », sont prévus pour mars 2011, signés sur le célèbre label hip hop Def Jam Records. Des albums aux textes naturellement inspirés par sa nouvelle quête spirituelle. L’arrivée de Moses Levi dans la galaxie du jewish hip hop (Matisyahu, Shmoolik, Y-Love, Diwon…) est un événement réjouissant pour tous ceux qui considèrent, à juste titre, que le hip hop est compatible avec la Torah. Mais une chose est sûre, Moses Levi aura du mal à traverser Mea Shearim en Lamborghini, même pendant les jours de semaine.

Un reportage réalisé par CNN sur Moses Levi

Commentaires (0)

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Shyne, de la case prison au Mur des Lamentations"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
jm bakouch
Invité

incroyable conversion, vivement Jay-Z ou Kanye…

jm bakouch
Invité

incroyable conversion, vivement Jay-Z ou Kanye…

wpDiscuz

Articles similaires

Les belles israéliennes des années 70 dans Playboy

Après notre article sur « Les filles d’Israël » vues par le magazine LUI en 1971, […]

Céline, voyage au bout de nazi

Avec « Céline, La race, Le Juif. Légende littéraire et vérité historique » publié le 6 […]

L’Ego mon jeu préféré, ou La vérité si je veux

L’Ego, mon jeu préféré, co-écrit par Audrey Nataf et Johanne Toledano, expose une galerie […]

Fuck America

À 84 ans, Edgar Hilsenrath connaît enfin en France une notoriété largement méritée. Son éditeur, […]