Loading...

The Marvel-ous Stan Lee

Stan Lee Jewpop

 

Stan Lee, légende du monde des comics, est décédé hier à l’âge de 95 ans. Cocréateur de personnages mythiques, Spider-Man, Iron Man, Daredevil, Les Quatre Fantastiques, Hulk, Thor, X-men, The Avengers, Ant-Man, Black Panther… Il a marqué de son empreinte l’univers de la pop culture. Retour sur la carrière de Stanley Martin Lieber, né en 1922 dans une famille d’origine juive roumaine, au cœur du quartier new-yorkais de Washington Heights.

 

Stan Lee Jewpop

 

À l’image des frères Gershwin et autres Richard Rodgers et Jerome Kern pour la musique populaire américaine, on peine à imaginer à quoi aurait ressemblé l’univers des comics sans ses créateurs d’origine ashkénaze, de Jerry Siegel et Joe Schuster (Superman), Bob Kane (Batman) à Will Eisner (Le Spirit) en passant par  Joe Simon (Captain America) et le duo Jack Kirby – Stan Lee (Spider-Man, bien sûr, outre la plupart des super-héros cités plus haut).

 

La famille Lieber ne roule pas sur l’or… Son père est tailleur pour dames mais les affaires ne sont pas florissantes après la Grande dépression, et le jeune Stanley, en parallèle à ses études dans une université du Bronx, travaille pour aider ses parents. Le jeune homme aime écrire et créer des histoires. C’est avec l’aide de son oncle Robbie Solomon qu’il postule chez Timely, un éditeur de pulps, ces récits populaires dont raffolent alors les lecteurs américains, puis de comic books, qui deviendra Marvel Comics au début des années 1960. Le boss de Timely, Martin Goodman, est un cousin par alliance de Stanley. Engagé à 18 ans, en 1940, le jeune homme se retrouve « assistant », apprend sur le tas en servant le café et se retrouve rapidement à relire les planches des dessinateurs stars de l’éditeur, Joe Simon et Jack Kirby.

 

Captain America Jewpop

 

Ses premiers textes, écrits encore sous son nom, avant qu’il ne prenne pour pseudonyme Stan Lee, sont publiés en 1941 dans Captain America, le super-héros patriote créé par Simon et Kirby, qui lutte contre les nazis. Sans nul doute le signe de la volonté de ces auteurs de voir les États-Unis s’investir dans le second conflit mondial, alors que la destruction des Juifs d’Europe n’est pas encore actée, mais que les persécutions antisémites du régime nazi sont depuis longtemps révélées. Début 1942, Simon et Kirby quittent Timely suite à des désaccords financiers, Stan Lee devient rédacteur en chef alors qu’il n’a que 20 ans. Il s’engage dans l’armée en octobre 1942 et est affecté au Signal Corp, le service de communication militaire. À la fin du conflit, il retrouve son poste chez l’éditeur, qui s’est installé dans un étage de l’Empire State Building, et qu’il occupera durant près de trente ans.

 

Stan Lee 1947 Jewpop

 

La mode des super-héros subit un creux durant les années 50, alors que les comics sont accusés de favoriser la délinquance juvénile. Il faudra attendre le début des années 60 pour que le genre se renouvèle sous l’impulsion de Lee, qui crée avec Kirby Les Fantastic Four (Les Quatre Fantastiques) en 1961. Des personnages plus matures, qui sous leurs costumes de super-héros se révèlent humains, avec toutes leurs failles et leurs faiblesses, à l’image de l’adolescent Peter Parker.

 

Black panther Stan Lee Jewpop

 

Ancré dans les mutations de la société américaine, le scénariste et dialoguiste Stan Lee crée en 1966 le premier super-héros noir, et qui plus est africain, avec Black Panther, alors que la lutte pour les droits civiques aux États-Unis fait rage. Son adaptation cinématographique en 2018, dix-huitième d’un personnage de l’univers Marvel, sera l’un des plus grands succès du box-office américain, générant 670 millions de $ aux USA.

 

Marvel subira une nouvelle crise au début des années 90. L’entreprise, en difficulté, est alors rachetée par deux entrepreneurs israéliens, Ike Perlmutter et Avi Arad. Ce dernier mènera Stan Lee au pinacle d’Hollywood, avec la production de blockbusters inspirés des héros de Marvel. Lee intervient alors comme consultant et producteur exécutif, ne manquant pas d’apparaître, à la façon des « caméos » d’Alfred Hitchcock, dans de nombreux films. En janvier 2011, à 88 ans, il est célébré sur le Hollywood Walk of Fame, avec une étoile à son nom.

 

 

La carrière de Stan Lee n’a pas manqué d’être décriée par certains, comme le note Jean-Marc Lainé dans son incontournable biographie Stan Lee, Homère du XXsiècle (2013, Moutons électriques), sur le mode « un rusé renard dont le seul talent consiste à savoir tirer le meilleur du talent des autres», et sa fin de vie mouvementée, entre procès avec ses ex-associés et accusation d’attouchements sexuels par une masseuse alors qu’il était âgé de… 94 ans.

 

« Stan The Man », comme il était surnommé, avait une expression fétiche, le mot latin Excelsior (plus haut !), qui est aussi la devise de la ville de New York, où se déroule la plupart des aventures de ses super-héros. Stan Lee aura marqué de son empreinte des générations, et inventé une mythologie du XXème siècle.

 

Alain Granat

 

© visuels : Marvel / DR

Article publié le 13 novembre 2018. Tous droits de reproduction et de représentation réservés © 2018 Jewpop

 

 

 

Commentaires (0)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

Articles similaires

Juive, glamour et pratiquante…
d’escrime médiévale

Et si les Jewish Princess sortaient de leur donjon par elles-mêmes, au lieu d’attendre […]

Falafel sauce piquante Michel Kichka Jewpop

L’interview Jewpop de Michel Kichka,
pour son nouveau roman graphique « Falafel sauce piquante »

À l’occasion de la sortie de son nouveau – et très réussi – roman graphique […]

Jacques Shwarz-Bart Hazzan

L’interview Jewpop de
Jacques Schwarz-Bart
pour son album « Hazzan »

À l’occasion de la sortie de son nouvel et splendide album « Hazzan » (Enja), le […]

Grands-parents-Jewpop

Comment ça va Mémé ?

Je n’avais jamais posé cette question à ma grand-mère. Pas une fois en 32 […]