Loading...

Tzimel en Israël (2)

 

Tzimel, jeune homme issu du monde orthodoxe, est l’animateur de tzimelblog, dédié à l’actualité de l’univers juif orthodoxe, à ses turpitudes et tartufferies, présentées sur son blog avec un regard décalé et volontairement moqueur. A l’occasion de son court séjour en Israël, pays souvent  évoqué dans ses billets, Tzimel raconte son voyage et les personnes qu’il y rencontre. Toutes les anecdotes et personnages sont réels, bien que vus avec un œil absolument subjectif ; seuls les noms de certains protagonistes ont été modifiés.

 

Je suis rejoint par le cousin Joseph, qui lui a voyagé de Paris sur un vol où se trouvaient Gilles Mergui et Joël Bernheim. L’un en classe éco, l’autre en business ; mais qui dans quelle classe ? L’un gagnait quinze mille euros par mois l’autre n’était pas salarié du Consistoire ; oui, mais l’un est toujours un grand-dirigeant, l’autre pas. Alors ? Alors suivez mon regard…

 

Il faut le dire, Jérusalem est quand même un tout petit trou où l’on a tôt fait de croiser les mêmes visages qu’à Paris. C’est un carré VIP, et comme tout carré VIP qui se respecte, le lieu est étroit et nombreux sont ceux qui veulent y entrer. Tiens, voilà justement le président du Consistoire ! Vite, je sors mon smartphone, et clac une photo ! Quel dommage je ne pourrai pas la poster sur Jewpop ; Tzimel, qui n’est qu’un pauvre blogueur amateur qui se prend pour un ashkénaze à ses heures perdues, n’a pas le début d’une idée sur ce qu’est le droit de la presse et le droit à l’image. Pendant que l’autre diffuse son selfie avec le videur de bar moldave, nous on aura le droit de rien. On me le dit : sans son accord pas de photo. Et pourtant il était là, traversant cette placette, petit, le ventre en avant et l’air pas content.

 

 

Vous ne le verrez donc pas l’air fier, sûr de lui et dominateur. C’est ce qu’avait dit  le vieux général au Grand Rabbin Kaplan lors de leur rencontre suite à cette fameuse phrase, « Enfin Kaplan, je sais encore distinguer les ashkénazes des séfarades ! Ma sortie s’adressait aux juifs de Meknes ». De Gaulle était maurrassien sur les bords, tout le monde le sait, d’ailleurs quand on voit la tournure que prend le philosophe Finkielstraub, plus rien ne surprend. Vive Barrès, antisémite certes mais courtois et bon écrivain. Enfin de là à avoir la main droite qui tremble comme l’autre petit moustachu en 45, il ne faut rien exagérer.

 

Entre vendredi et la sortie de shabbat, j’ai eu le temps de rencontrer plusieurs français installés depuis de nombreuses années à Jérusalem. Les profils sont souvent différents, mais tous posent la même question : « Alors, comment ça va en France ? ».  Déjà pour commencer, à Paris je ne vois pas au réveil un gros cafard mort (ici on dit un djouk – mot issu de la contraction de djinn et de dibbouk ; faut bien satisfaire toutes les cultures) qui a réussi pendant la nuit à passer sous la porte de ma chambre. Manifestement, l’esprit de colonisation gagne même la vermine. Mon épouse, qui pense parfois à faire son alyah, est refroidie par l’épisode cafard, tant mieux pour moi, « faut choisir ma poule, la civilisation ou le Proche-Orient ».

 

Pour en revenir à la question, mes interlocuteurs s’attendent à ce que je leur cite la fameuse phrase de Yéhouda Halévy : « Mon cœur est en Orient, alors que je me trouve aux confins de l’Occident ». C’est raté, je leur dis que tout baigne comme un latkes dans l’huile, « agressé moi ! Pas depuis 18 ans où une racaille avait essayé de me tirer mon affreux blouson Schott ». D’ailleurs, j’entends en 12 heures deux-trois anecdotes assez parlantes. C’est d’abord Nathanaël, un gars fort sympathique qui a un très bon job dans une multinationale de l’informatique, et qui rentre d’un déplacement professionnel à Miami : « pour 400.000$, t’as une super baraque les pieds dans l’eau, ici pour le même prix, t’as un trois pièces et demi avec des voisins tunisiens qui attaquent les vocalises orientales à 6h30 du matin ». Je sens des trémolos dans sa voix, c’est sûr que Herzl n’avait pas prévu le coup du tune. Et que dire de ce chirurgien plastique, non-juif, qui charcute entre Londres et Dubaï et qui, en vacances à Tel-Aviv, rentre un soir dans son hôtel et voit quelques barbouzes en train de fouiller ses affaires, le profil du type paraissant sans doute suspect aux yeux de certains. Noté dans mon calepin, ne pas transformer mon bref séjour à Sainte-Anne en bail 3-6-9.

 

Tzimel

Retrouvez les chroniques de Tzimel dans tzimelblog

Lire la chronique Tzimel en Israël (1)

© photos : Tzimel

Article publié le 19 février 2014. Tous droits de reproduction et de représentation réservés © 2014 Jewpop

Commentaires (0)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

Articles similaires

« Les juifs américains » d’André Kaspi

«Un américain a toujours deux patries, celle qu’il a quittée et les États-Unis». De […]

Columbo découvre l’Amérique

En 1899, paraissait un ouvrage qui fera date dans l’histoire de la […]

10 photos inoubliables du ghetto de Lodz

C’est grâce à son appareil photo qu’Henrik Ross survécut à la Shoah. Il fut […]

Mickey à Gurs

«Mickey à Gurs» est un magnifique cénotaphe pour un artiste disparu, et une poignante […]