Loading...

Yisrael Kristal, 112 ans et rescapé d’Auschwitz, certifié par le Guinness des records « plus vieil homme vivant au monde »

 

Pour la première fois dans l’histoire d’Israël, l’un de ses citoyens détient depuis vendredi le titre de « plus vieil homme vivant au monde », décerné officiellement par le Guinness des records à Yisrael Kristal, résident de Haïfa. Né à Zarnow (Pologne) le 15 septembre 1903, il a été déporté à Auschwitz en août 44.

 

Le quotidien israélien Haaretz, qui a plusieurs fois publié des sujets sur Yisrael Kristal, a contribué à l’enquête qui a permis sa certification par le Guinness, titre jusqu’ici détenu par un citoyen japonais, Yasutaro Koide, mort en janvier à l’âge de 112 ans (Israel Kristal a cependant quatre ans de moins que la plus vieille femme vivante au monde, l’Américaine Susannah Mushatt Jones, née le 6 juillet 1899 et âgée de 116 ans).

 

Dans son édition d’hier, Haaretz raconte qu’à l’âge de 3 ans, l’enfant rentre au heder, l’école juive traditionnelle, où il étudie la Bible dès ses 4 ans, puis la Mishna (compilation écrite des lois orales juives) à 6 ans. Dans une interview au journal en 2012, Yisrael Kristal se souvenait : «Mon père me réveillait à 5h du matin pour étudier avec lui. Je n’avais pas envie de me réveiller si tôt, mais c’était un devoir.»

 

À 17 ans, Yisrael Kristal s’installe à Lodz, où il se marie et crée une fabrique de confiseries. En 1940, il est enfermé avec son épouse Chaja Feige et leurs deux enfants dans le ghetto de Lodz, jusqu’à sa liquidation en août 1944, et est déporté à Auschwitz-Birkenau où il restera deux mois, avant d’être déporté vers d’autres camps. Sa femme et ses deux enfants ne survivront pas à la Shoah. Kristal n’a jamais voulu parler de son expérience des camps, expliquant  à Haaretz qu’«un jour à Auschwitz aurait pu remplir deux livres». Après la guerre, il retourne à Lodz où il vivra encore quelques années, fondant une nouvelle famille avec sa seconde épouse Batsheva, recréant une nouvelle fabrique de bonbons, avant d’émigrer en Israël en 1950 et de s’installer à Haïfa avec sa femme et son fils.

 

Kristal

 

Les règles du Guinness des records sont très strictes, comme l’explique Haaretz : il est indispensable, pour obtenir le titre de « plus vieil homme du monde », de prouver l’âge d’un candidat par un acte de naissance, ou au moins par un document officiel de ses 20 premières années permettant de certifier la date de naissance. S’il existe sans doute des hommes plus âgés qu’Yisrael Kristal aujourd’hui, tel le rabbin Zakharia Barashi de Jérusalem, qui selon le ministère de l’Intérieur israélien serait né en 1900 au Kurdistan, l’absence d’actes officiels pour ce dernier a, entre autres, permis à Kristal de se voir décerner le titre de «plus vieil homme du monde».

 

Une enquête poursuivie avec l’aide précieuse de l’association Jewish Records Indexing, dédiée aux recherches d’archives sur les juifs polonais, a permis d’obtenir les preuves exigées par le Guinness. Outre la liste des déportés à Auschwitz en 1944, celle des habitants de Lodz déportés dans le ghetto en 1940 et son certificat de mariage datant de 1928, c’est finalement un registre des habitants de Lodz de 1918, où figurait son nom et sa date de naissance, qui a permis d’officialiser son titre. Et si Yisrael Kristal est aussi le plus vieux survivant de la Shoah, le record dont il dit être le plus fier ne figure pas dans le Guinness : c’est celui du plus vieux juif mettant des tefilin !

 

Yisrael Kristal ne semble pas s’émouvoir de cette reconnaissance internationale, mais aurait déclaré en yiddish à sa famille qu’il la considérait comme faisant partie des «joies de la vieillesse ». Lors d’une interview en 2014 pour la télévision israélienne, un journaliste lui avait demandé quel régime alimentaire lui avait permis de vivre si longtemps. « Il n’y avait pas toujours de nourriture dans les camps. J’ai mangé ce qu’on m’a donné. Je mange pour vivre, je ne vis pas pour manger », avait-il répondu, avec sa sagesse de « plus vieil homme du monde ».

 

Alain Granat

D’après un article de Ofer Hederet publié dans Haaretz

Lire aussi l’article de Nissim Sellam accompagné d’un très beau portrait photo de Yisrael Kristal, dans le Huffington Post

 

© photos : Yaara Oren / DR

Article publié le 11 mars 2016, tous droits de reproduction et de représentation réservés © 2016 Jewpop

 

Commentaires (0)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

Articles similaires

Il était une voix… Albert Simon

Décédé le 5 juillet 2013 à l’âge de 93 ans, Albert Simon restera l’une […]

« Les juifs américains » d’André Kaspi

«Un américain a toujours deux patries, celle qu’il a quittée et les États-Unis». De […]

Columbo découvre l’Amérique

En 1899, paraissait un ouvrage qui fera date dans l’histoire de la […]

10 photos inoubliables du ghetto de Lodz

C’est grâce à son appareil photo qu’Henrik Ross survécut à la Shoah. Il fut […]