La passion antisémite Francis Kaplan Jewpop

La passion antisémite habillée par ses idéologues, de Francis Kaplan

6 minutes de lecture

En 2011, Francis Kaplan publiait La passion antisémite habillée par ses idéologues (Le Félin). « Auteur d’une œuvre majeure et penseur incontournable des questions de notre époque, alliant la démarche philosophique à la démarche scientifique, esprit critique et indépendant, passionné par la vérité, il nous a quittés dans sa quatre-vingt douzième année. Il était le fils du grand rabbin de France, Jacob Kaplan dont il a contribué à remettre son action en perspective historique. » a écrit cette semaine son neveu Olivier Kaplan. Nous republions ici la recension de son essai, parue sur Jewpop en novembre 2011.
 
« Une idéologie antisémite n’est pas une erreur intellectuelle, due à l’ignorance, à l’étourderie ou à la bêtise; c’est une passion qu’on habille intellectuellement comme on peut, c’est à dire que non seulement elle est fausse, mais qu’elle n’est même pas plausible de la part de celui qui l’exprime, compte tenu de ce qu’il ne pouvait pas ne pas savoir et/ou de ce qu’il dit par ailleurs. Et cette non plausibilité, comme on le verra, est le fait de personnalités intellectuelles de premier plan, sinon de génies. La valeur intellectuelle ni le génie ne mettent pas à l’abri de la passion. » C’est par ces mots que Francis Kaplan, auteur de « La passion antisémite habillée par ses idéologues », clôt l’introduction de son livre, remarquable étude des idéologies visant à expliquer et justifier l’antisémitisme .
 

 
En 15 chapitres consacrés à ces « personnalités intellectuelles de premier plan » ou « génies » dont les écrits ont consacré l’idéologie antisémite, parmi lesquels Pascal, Spinoza, Kant, Hegel, Proudhon, Marx, Simone Weil… Et mettant à part les cas de Renan et Nietzsche, Francis Kaplan démontre, textes à l’appui, les contradictions inhérentes aux thèses développées par ces penseurs. Replaçant chacune dans son contexte historique, le philosophe met en évidence l’absence de cohérence dans les discours et argumentations, mettant en exergue l’aspect purement passionnel à l’origine de ces diverses manifestations d’idéologie antisémite, dont les causes sont fort diverses.
 

 
Du cynisme et de la malveillance d’un Wagner dans son célèbre Judaïsme dans la musique, à l’obsession schizophrénique d’une Simone Weil, découvrant adolescente sa judéité pour devenir ensuite la théoricienne acharnée d’un antisémitisme global et abstrait, en passant par la souffrance d’ Otto Weininger (né juif et converti au protestantisme, comme le père de Marx) de vivre dans un monde pensé sans Dieu, qui le conduira au suicide, chaque thèse antisémite trouve ses fondements dans la passion. Lorsque Kant parle, dans L’Anthropologie, des Juifs comme d’«une nation de trompeurs… Une nation de marchands», il ne s’agit plus là de doctrine, encore moins de raison, mais de la mise en cause passionnelle d’individus.
 

 
Et lorsque l’imaginaire prend le pas sur l’objectivité, cela conduit, comme le montre Francis Kaplan, aux contradictions les plus ahurissantes : pour Kant, les Juifs n’ont pas de morale, pour Nietzsche, ils en ont trop… Selon Marx, ils sont contre-révolutionnaires, tandis que Maurras les qualifie de révolutionnaires, et considérés par Proudhon comme maîtres de l’univers, ils sont misérables et persécutés pour Pascal… Ainsi que le souligne l’auteur en évoquant Sartre, (au sujet duquel est consacré  le dernier chapitre, intitulé « Une paranoïa anti-antisémite : à propos de Sartre »), « L’antisémitisme, ce n’est pas une opinion, ou en tout cas, ce n’est que secondairement une opinion ; c’est d’abord une passion et cette passion construit l’opinion par laquelle elle s’exprime ». La passion antisémite habillée par ses idéologues fera sans nul doute référence sur le sujet.  Un essai ancré dans l’Histoire et ouvertement contemporain dans son propos.
 
Alain Granat 
 
Francis Kaplan est professeur émérite de philosophie à l’université de Tours. Il a publié plusieurs ouvrages dont « Marx antisémite ? » (Imago/Berg International, 1990), « La Vérité et ses figures » (Aubier-Montaigne, 1977), « Des Singes et des hommes, la frontière du langage » (Fayard, 2001 ) et plus récemment aux Éditions du Félin : « L’Embryon est-il un être vivant ? » (2008), Entre Dieu et Darwin (2009).
 
Acheter « La Passion antisémite habillée par ses idéologues » sur le site Place des libraires (25, 36€)
Lire le premier chapitre du livre
Le site Internet de Francis Kaplan
Voir Francis Kaplan dans l’émission « La source de vie » diffusée le 30 octobre 2011 sur F2
 
© photos : DR

Article publié le 8 novembre 2011. Tous droits de reproduction et de représentation réservés © 2018 Jewpop
 

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Danièle
Danièle
10 années il y a

Beau sujet, belle chronique, je commande !

S'abonner à la jewsletter

Jewpop a besoin de vous !

Les mendiants de l'humour

#FaisPasTonJuif
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x