Barbra stressante

4 minutes de lecture

 
 
Hier, mon rédac-chef me laisse ce message sur mon répondeur : « Sharon, je veux une chronique du nouvel album de Barbra Streisand, j’attends ton papier pour demain ». J’ai failli lui renvoyer le texto suivant : « De Barbra, je ne connais que l’Aigle noir… va falloir que je me rencarde ». Et puis je me suis retenue, ce type n’a aucun humour.

 
Barbra Streisand, c’est toute mon enfance. Mon père m’a collé devant Funny Girl et Hello Dolly ! quand j’avais 7 ans pour me rendre à jamais fan de comédies musicales, m’a fait écouter sa version de “C’est si bon” arrangée par Michel Legrand pour m’expliquer ce que voulait dire «chanter» quand j’avais 14 ans – et des velléités de devenir la plus grande star de R’n’B séfarade du 19ème arrondissement. Puis m’a offert le dvd de Yentl quand, à 19 ans, je sortais avec Alexandre Rabinowicz, avec ce post-it délicatement collé sur la jacquette : «Les ashkénazes ne sont pas tous accros au Xanax». Mais je soupçonne quand même mon père d’avoir surtout craqué pour la Jewfro de Barbra, à l’époque où elle posait en couverture de Playboy.
 

 
À 72 ans, et après plus de 140 millions d’albums vendus dans le monde, La Streisand se fend d’un album de duos qui a remisé côté ventes Beyoncé au rayon charcuterie, Partners se classant directement n°1 des charts US dès sa sortie, avec plus de 400 000 albums vendus en un mois, tout juste détrônée cette semaine par Lady Gaga et son album en duo avec le crooner jazz Tony Bennett, 88 ans ! Face à ces scores impressionnants, et à tous ces souvenirs emmagasinés depuis des années, j’avoue qu’un certain stress s’est emparé de moi avant d’envoyer le son, surtout lorsque j’ai vu le casting qui figurait au dos de l’album.
 
Barbra, c’est pas Elisa Tovati hein… Quand elle se paie un duo, oubliez Amir Haddad ou Bruel, c’est Stevie Wonder, John Legend, Michael Bublé et Babyface qui déboulent ! Sur le papier, ça a de la gueule, et côté vocal, ça reste du grand art. Un brin chiant, mais classe quand même. À l’exception d’un «duo-delà» avec Elvis, façon Love me tender au fond d’un tonneau de beurre de cacahouètes. À sa place, j’aurais carrément fait un trio avec Elvis et Michaël pour le même prix. Love me tender, I’m bad !
 

 
Finalement, on regrette qu’un producteur digne de ce nom ne se soit pas emparé du projet pour le rendre moins lisse que ce lifting musical de mamie ashkénaze de Brooklyn. Je me suis prise à rêver d’un album de Barbra avec Quincy Jones aux commandes. Et puis j’ai appris que ce dernier allait bosser avec… Zaz. Comme dirait George Abitbol, «Monde de merde !».
Sharon Boutboul
PS : Barbra Streisand, c’est si bon quand même…
 

Retrouvez toutes les chroniques de Sharon Boutboul sur Jewpop
© photos DR

Article publié le 14 octobre 2014. Tous droits de reproduction et de représentation réservés © 2014 Jewpop
 

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

S'abonner à la jewsletter

Jewpop a besoin de vous !

Les mendiants de l'humour

#FaisPasTonJuif
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x