Silas Hardoon Jewpop

Silas Hardoon, le nabab juif de Shangaï

5 minutes de lecture

 
L’incroyable saga de Silas Hardoon, juif irakien émigré en Chine à la fin du XIXe siècle, à la fois négociant d’opium – à une époque où le trafic était légal – et promoteur immobilier qui métamorphosa Shanghaï en une ville moderne, intéresse-t-elle toujours Hollywood ? Le scénario de »Merchant of Shanghai » est depuis 2008 dans les tiroirs du réalisateur Taylor Hackford (« Officer et Gentleman », « Ray »), qui souhaitait mettre en scène la vie stupéfiante de cet enfant pauvre, devenu l’un des tycoons de l’Asie du début du XXe siècle.
 

 
Né en 1851 à Bagdad, Saleh Hardun (son nom d’origine) quitte l’Irak avec sa famille à l’âge de 5 ans, pour rejoindre Bombay. Il y sera éduqué dans une école destinée aux enfants juifs nécessiteux, fondée par David Sassoon, autre juif irakien ayant fait fortune en Inde, à la tête d’un véritable empire commercial.  Silas, encore adolescent, rejoint la société de Sassoon et se fait remarquer à 17 ans, pour son sens remarquable du commerce. Il est d’abord envoyé à Hong Kong,  mais 6 années plus tard, est renvoyé de la société pour des raisons restées mystérieuses. Sans un sou, il débarque à Shangaï ,où la communauté juive irakienne présente dans la ville lui trouve un job de collecteur de loyers dans la filiale locale de la société Sassoon.
 

Luo Jialing, épouse de Silas Hardoon

 
C’est le début de la formidable réussite de ce visionnaire, qui créera l’architecture du Shangaï du XXème siècle, aujourd’hui disparue avec l’avènement du régime communiste chinois. Silas Hardoon fut le seul étranger à avoir eu droit à son propre personnage dans un opéra chinois ! Vendeur d’opium, bâtisseur, alchimiste, avare et philanthrope à la fois, Juif converti au bouddhisme, il fût marié à une prostituée chinoise qui deviendra sa muse et principale influence, Luo Jialing (Liza Roos), eurasienne de confession bouddhiste, ayant probablement des origines juives… Un Juif de Shangaï, M. Myers, affirmait en effet qu’Hardoon lui avait révélé les origines juives du père de sa femme, de nationalité française. Luo et Silas adoptèrent plusieurs enfants chinois, élevés dans la tradition bouddhiste, ainsi que neuf enfants d’origines différentes, qui furent élevés dans la tradition juive.
 

Aili Garden

 
Si la résidence d’Hardoon, palais de rêve connu sous le nom de Aili Garden, finit en ruine, ravagée par un incendie, elle est restée mythique à Shangaï. À sa mort, en 1931, Hardoon fut enterré dans ses jardins au grand dam de la communauté juive de la ville, scandalisée. On doit aussi au nabab la construction, en 1927, d’une superbe synagogue d’architecture moderniste, Beth Aharon, qui fit office de refuge et de dortoir pour des centaines de juifs d’Europe réfugiés à Shangaï lors de la montée du nazisme. Elle accueillit aussi l’école rabbinique biélorusse Mir Yeshiva, qui fut la seule institution du genre à réchapper à la Shoah. De cette synagogue, détruite en 1985 pour y construire à la place un gratte-ciel (jamais érigé !), il ne reste aujourd’hui qu’un bloc de pierre visible au musée de Shangaï. La plupart des réalisations de Silas Aaron Hardoon ont aujourd’hui disparu. Sa fortune fut estimée, à sa mort, à 21 billions de dollars actuels.
 
Alain Granat
 
© photos : DR

Article publié le 9 décembre 2010. Tous droits de reproduction et de représentation réservés © 2018 Jewpop
 

Visuel campagne appel à dons MAHJ

 

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Anonymous
Anonymous
11 années il y a

Vu la photo, c'est pas Dicaprio qui va pouvoir l'incarner ! Bravo pour l'article, passionnant !!!!

S'abonner à la jewsletter

Jewpop a besoin de vous !

Les mendiants de l'humour

#FaisPasTonJuif
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x