Acteur-réalisateur bankable cherche scénariste (juifs acceptés) inspiré

7 minutes de lecture

 
 
Pas de bol pour le scénariste  Joe Eszterhas (Basic Instinct, Flashdance…), qui devait travailler sur le projet de film « Judas Maccabée » de Mel Gibson, coproduit par la Warner. Sa copie est allée à la poubelle. Et le scénariste d’accuser (une fois de plus) l’acteur-réalisateur d’antisémitisme.
 
Joe Eszterhas est-il mauvais joueur ? Dépité par le rejet de sa première mouture du scénario de « Judas Maccabée », le film qui devait retracer l’épopée du plus grand héros juif de l’Antiquité, le scénariste s’en est pris à Mel Gibson par le biais d’une longue lettre, publiée sur le site The Wrap.com. Lettre dans laquelle il accuse l’acteur-réalisateur-producteur-australien-alcoolo-antisémite-violent avec son ex-compagne, d’avoir écarté son scénario sous prétexte qu’il « déteste les Juifs ».
 
Eszterhas déclarant « Je suis arrivé à la conclusion que tu refuses de faire ce film pour la plus horrible des raisons… Je crois que tu as annoncé ce projet avec fracas dans l’espoir de faire taire les accusations d’antisémitisme qui ont plombé ta carrière », et ajoutant « Mais tu n’as jamais eu et n’a aucune intention de réaliser ce film. »
 

 
La réponse de Mel Gibson n’a pas tardé, celui-ci dégainant dans le site Deadline Hollywood un définitif : « Je veux vraiment faire ce film : c’est juste que ni moi, ni Warner Bros ne voulons de ton script » ajoutant pour conclure en beauté : « En 25 ans de carrière, je n’ai jamais vu un premier jet de scénario aussi peu à la hauteur. »
 
Jewpop n’a pas eu la chance d’avoir entre les mains le scénario d’Eszterhas pour juger sur pièce, mais la lettre assez confuse envoyée par ce dernier (accusant l’acteur de Braveheart de n’avoir jamais voulu faire le film, et par ailleurs d’avoir voulu le produire pour « convertir les Juifs au christianisme » !) sent ouvertement le règlement de comptes,  et nous inspirerait cette fois-ci une certaine bienveillance vis-à-vis de Mr Gibson.
 
Hollywood ne manquant pas de scénaristes talentueux, on espère que ce film verra le jour pour faire taire cette vilaine polémique. Et si l’idée vous tente, n’hésitez-pas à nous faire parvenir vos projets de synopsis, nous nous ferons un plaisir de les publier sur le site et de les transmettre à qui de droit. On connaît bien le barman préféré de Mel.
 
Lara Granat
 
Photo : Mel Gibson / Joe Eszterhas (copyright DR)
 
 
Jonathan Aleksandrowicz nous a envoyé cette séquence, que nous publions avec joie et transmettrons à Mel Gibson.
 
 
Séquence 18 : Désert : extérieur/(d)aube :


Judas et l’un de ses compagnons (Yo’hanan ?) partis en éclaireurs rampent sur un plateau surplombant le camp grec.
 
Yo’hanan :
Judas, j’ai soif.
 
Judas :
(il chuchote de sa voix la plus rauque, intense) La ferme ! Les grecs sont endormis, tu vas les réveiller. On les attaquera dès que le soleil sera au zénith.
 
Yo’hanan :
Mais Judas, j’ai soif !
 
Judas :
Ta gueule ! Rappelle-toi la 10è étape des alcooliques anonymes…
 
Yo’hanan :
Les A.A. ? Tiens ça me rappelle qu’à une réunion à L.A., j’ai croisé Mel Gibson, tu sais ? Le grand acteur : l’Arme fatale 1, 2, 3, 4…
 
Judas/Mel Gibson :
Mais il est con ? Mais il est con ! Coupeeeeez !
 
Le producteur exécutif :
Mel, qu’est-ce qu’il se passe ?
 
Judas/Mel Gibson :
(crescendo) Qu’est-ce qu’il se passe ? Qu’est-ce ? – Qu’il ? – Se ? – Passe ? Mais ce con vient de saboter la prise ! Voilà ce qu’il se passe ducon ! je joue avec un fucking amateur, voilà ce qu’il se passe !
 
Le producteur exécutif :
Bon Mel, calme-toi. Régisseuses, amenez un verre à Mel !
 
Mel Gibson :
J’ai ce qu’il me faut dans ma gourde…
 
(Le réalisateur va voir l’acteur jouant Yo’hanan)
 
Le producteur exécutif :
Bon gamin, va falloir être sérieux sur ce coup. Mel, il joue gros, et toi, c’est ton premier rôle. Tu imagines le soir de première à Hollywood…
 
Mel Gibson :
(qui s’est rapproché pour entendre la leçon de morale du producteur exécutif) N’en fais pas trop quand même…
 
Le producteur exécutif :
(à Mel, avec un clin d’œil et à voix très basse) T’inquiète, je gère.
Donc gamin, tu imagines : soirée de première à Hollywood et un écran où c’est marqué « Judas Macchabée » avec Mel Gibson et… Et ? Rappelle-moi ton nom, déjà…
 
Yo’hanan :
David Hababou-Goldberg. Ma mère, elle est de Tunis, mais j’ai mis Goldberg pour faire zarma l’américain, tu connais le truc ?
 
Mel Gibson :
Oh merde, je suis trop vieux pour ces conneries… je vais appeler Woody Allen.
 
Voix off :
Mon dieu, donnez-moi la sérénité d’accepter les choses que je ne peux changer, le courage de changer ce que… (la voix se perd dans le vent du désert)

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

S'abonner à la jewsletter

Jewpop a besoin de vous !

Les mendiants de l'humour

#FaisPasTonJuif
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x