Foodie-Goodie n°2 : Le labané israélien comme si tu y étais ! Ou la recette la plus facile de l’univers

4 minutes de lecture

 
Il fait chaud. Il fait trop chaud pour cuisiner. On aurait juste envie de se brancher une perfusion de Mr Freeze dans le bras et d’attendre patiemment l’hiver en dégorgeant comme une grosse tranche de halva oubliée au soleil d’Hammamet.
 
Il fait bien trop chaud pour cuisiner, vous en conviendrez. Enfin ça dépend pour qui. Ça ne m’a jamais dérangée de faire tourner le four alors que la température extérieure se rapproche de celle requise pour faire un fondant au chocolat. Ça rend ma famille dingue mais je tiens bon : rien ni personne ne peut se mettre entre la mère Chef et son bébé Moule à tartes. Hier encore, je n’avais pas vingt ans, mais il faisait 31° et j’ai fait des cannelés.
 
Demain, 34° sont annoncés à Bruxelles. C’est pas pour faire pleurer dans les datchas, mais la Belgique a une météo toute particulière en effet, comme disait Dominique Farrugia à l’époque des Nuls. Voilà un endroit où en hiver on peut se geler les miches comme à Minsk, et où l’été peut vous faire tomber d’un coup sur la tête une chape de plomb pas durci mais bien mou et moite, qui est sans doute à l’origine du tube interplanétaire de Rika Zaraï « Sans chemise, sans pantalon ».
Je ne peux pas travailler dans ces conditions, donc en attendant la réponse cinglante de mon syndicat, je me prépare à une journée d’alimentation de flemmasse, à base de labané israélien.
 

 
Ingrédients (accrochez-vous, il y en a quatre) :
Yaourt grec ou yaourt au lait de brebis (notamment en cas d’intolérance au lait de vache)
Sel
Za’atar
Huile d’olive
Matériel :
Étamine (pas le shmock des fleurs, mais le tissu qui sert à filtrer les confitures)
La veille, mélanger dans un bol le yaourt avec une grosse cuillerée de sel fin. Vider le contenu du bol sur l’étamine. Refermer l’étamine en serrant un peu autour du yaourt.
 Poser le paquetage dans une passoire, elle-même posée dans un saladier. Placer au frigo pendant 24 heures. Par son action hydrofuge, le sel chassera l’eau du yaourt qui s’écoulera dans le saladier à travers l’étamine et la passoire. 

Au moment de servir, démouler le fromage dans un bol, ajouter un filet d’huile d’olive et une cuillère à soupe de za’atar. À déguster sur du pain libanais, des crackers, ou avec des grissini italiens (ou directement à la cuillère, ça va on commence à vous connaitre).
 
Noémi Garfinkel
Lire la chronique Tout ce qui est juif est maladroit de Noémi Garfinkel
Lire la chronique : Foodie-Goodie n°1 : boulettes ashkénazes vs boulettes séfarades
© photo : DR

Article publié le 21 mai 2015. Tous droits de reproduction et de représentation réservés © 2015 Jewpop

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

S'abonner à la jewsletter

Jewpop a besoin de vous !

Les mendiants de l'humour

#FaisPasTonJuif
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x