Jewish Real Tv

7 minutes de lecture

 
 

A chaque lancement de nouvelle saison de Secret Story, c’est la même angoisse qui m’étreint. Pourvu qu’il n’y ait pas de feujs dans «La maison des secrets». La seule chose qui me calme, c’est d’ouvrir les mains et regarder le ciel en psalmodiant «Oh Éternel ! Mon Dieu, épargne moi l’humiliation quotidienne de découvrir dans ma télé un ado attardé du nom de Joseph ou Simon, qui passerait ses journées autour d’une piscine, le corps tatoué au stylo feutre d’une Maguen David accompagnée du sigle YOLO, à balancer des phrases du style Ça fait deux heures que je suis sur le secret à Miguel, je pense que c’est le fils de Pépito. En plus, il est portugais, pour moi tout colle».

 

La télé-réalité et les feujs ça ne fait jamais bon ménage. Toi aussi, tu as eu honte en voyant cette mère de 5 enfants (à côté, la guerre en Syrie, c’est une bataille Playmobil) pleurer de nerfs devant feu Super Nanny, la main sur l’encadrement de sa porte d’entrée où on voyait une mezouzah XXL, taille inversement proportionnelle au niveau  de pratique de la famille.

 

J’ai une copine – pas juive – casteuse pour la télé. Elle m’appelle régulièrement.

 

Elle : Allo, poulette. Dis-moi. Je recherche une famille avec un père démissionnaire. Il faudrait qu’il ait des garçons, qu’on sente un problème d’autorité, la mère castratrice.

Moi : C’est tout ? Tu veux pas en plus que j’aille faire tes courses et que je te passe l’aspi ? Mais pourquoi tu m’appelles ?

Elle : Tu connais des juifs, j’ai besoin de noms…

Moi : Tu m’as pris pour l’UGIF en 1941 ?

Elle : C’est un casting, pas une rafle !

Moi : À mon avis, ça finit aussi mal. Et puis, pourquoi tu crois que les familles dysfonctionnelles n’existent que dans ma communauté ?

Elle : Tu comprends, les feujs, c’est trop des bons clients. On fait grave des économies, même pas besoin d’ingé-son. Ils sont vifs, très joueurs.

Moi : Vifs, joueurs… fais gaffe, on dirait que tu parles d’une race de chien.

Elle : Bon avant que t’appelles la LICRA, tu penses à ma famille avec le père au RSA qui boit des coups au troquet en dilapidant l’argent du ménage au Rapido ?

Moi : J’ai pas ça en magasin. Mais si tu cherches des mecs qui arrivent encore à jouer au rami après 4 bouteilles d’Arak, et qui réussissent à tenir une conversation tout en mangeant de la damhoute, rappelle-moi.

 

Concernant la télé-réalité, c’est comme contre l’antisémitisme, continuons ensemble d’être vigilant car le pire est devant nous. J’ai entendu dire que lors du casting pour remplacer Pascal Le Grand Frère, la production avait reçu un de nos coreligionnaires.

 

L’homme, 1.98m au garot, est un jeune Baroukh Yeshiva à la barbe fournie. Sa carte de Membre au Beth Loubavitch en poche, il officie dans les coins les plus reculés du monde. A à son tableau de chasse :

– La bar-mistva d’un vieux juif martiniquais descendants de békés.

– La désintoxication des 4 jeunes israéliens perdus à Phuket après avoir servi dans les rangs de Tsahal au Liban.

– La conversion d’un certain Heinrich Müller, né à Buenos Aires, arrière-petit-fils d’un aide de camp du Führer.

 

À côté d’eux, le petit Kevin de Martigues, déscolarisé, qui pique dans le portefeuille de sa mère, il ne fera pas le poids, c’est sûr. En plus, non-content de remettre le petit con dans le droit chemin, le redresseur de torts aurait également remis d’équerre la mère. Le reportage, qui aurait commencé par une séquence dans une boîte de nuit où la mère et le fils partageaient un demi –  en s’engueulant parce que maman a une jupe trop courte et parle trop près avec un mec trop jeune – se serait fini par un atelier «Haloths» où Christiane, couvre-chef sur la tête et jupe longue, aurait récité la prière, les sons gutturaux en moins. Oui comme Sophie Marceau parlant hébreu dans «Pour Sacha».

 

Le problème c’est que «Shlomo, le Grand frère», TF1 le sentait moyen. Ça tombe bien nous aussi.

 
 
The SefWoman
Ma philosophie se situe entre « A Kippour tout le monde pardonne, sauf moi » (Raymond Bettoun) et « Dieu n’existe pas, mais nous sommes son peuple » (Woody Allen)
 

Abonnez-vous au compte Twitter de The SefWoman
The SefWoman sur Facebook
Retrouvez toutes les chroniques de The SefWoman sur Jewpop
© photos : DR
Tous droits de reproduction et de représentation réservés © 2013 Jewpop

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

S'abonner à la jewsletter

Jewpop a besoin de vous !

Les mendiants de l'humour

#FaisPasTonJuif
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x