Image représentant des figurines de la fête juive de Pourim Jewpop

Macronveroch vs les babouches jaunes : un Purim shpiel contemporain

11 minutes de lecture

Les troubadours yiddish ont propagé au fil des siècles la tradition du Purim shpiel, ces pièces de théâtre humoristiques qui racontaient l’histoire d’Esther à la sauce du jour. Aujourd’hui sur Jewpop, un Purim shpiel 2.0 à la sauce 2019 : l’histoire de Macronveroch et des babouches jaunes !
 
Il était une fois, dans un royaume ancien et lointain de 36 000 cités, un roi jeune et blond qui s’appelait Macronveroch. Un soir, pour fêter son anniversaire, il invita ses amis de la Jet 27 et demanda à sa femme Brivachti de se mettre à nu devant eux. Brivachti, rebelle, s’y opposa et Macronveroch, blessé, la répudia. Il décida donc, pour la remplacer, de lancer un grand show télévisé : “En route pour une nouvelle reine !”
 

Photo représentant des bavouches jaunes Jewpop

 
Mais pendant ce temps là, dans le royaume, la fronde gronde. Les impôts sur l’avoine des chevaux augmentent, les salaires baissent, le coût du couscous est en hausse, bref, c’est la crise pour le pouvoir d’achat. La contestation se propage, et en signe de ralliement, les opposants au régime décident de porter des babouches jaunes.
 
Ce mouvement, bientôt baptisé “Les babouches jaunes”, mit à sa tête un homme bon et sérieux appelé Mardoch. Il vivait dans une humble masure en banlieue, en compagnie de son neveu, Bilal Esterani. Ce garçon, doux et pacifique, avait une passion pour la musique, et chantait d’une voix charmante. Parfois, dans ses rêves, il se voyait roi.

Phot représentant des pochettes de disques des années 50 chansons de Pourim Jewpop

 
Lorsque Mardoch découvrit le lancement d’“En route pour une nouvelle reine”, il dit à son neveu : “Bilal, va à ce show, comme ça tu deviendras roi au côté du roi et tu pourras nous défendre, nous, les babouches jaunes !” C’est ainsi que Bilal Esterani se présenta au show, et sa voix fut si belle, que le peuple comme le roi furent émerveillés. Il devint roi au côté du roi.
 
Ce mariage d’amour ne plut pas à tout le monde, et en particulier au second de Macronveroch : Aman Ifpourtous (encore un métèque celui-là avec un nom pareil !). Il espérait en effet acquérir plus de pouvoir, une fois Brivachti déchue, et ne voyait pas d’un bon œil l’arrivée du doux et gentil Bilal. La gronde continua de monter, car trop occupé à partir au ski avec son nouvel amour et à s’amuser avec ses copains de la Jet 27, Macronveroch ne s’occupait pas des problèmes du pays. De plus en plus, aux côtés des babouches jaunes, des profiteurs, des anarchistes et des casseurs se joignirent aux cortèges de manifestations, et ils détruisirent les banques, les kiosques à journaux et les magasins de luxe sur leur passage.
 

Photo représentant des juifs déguisés pour Pourimdans les années 40 aux USA jewpop

 
Aman Ifpourtous ne laissa pas passer l’opportunité. Un soir, après une manifestation particulièrement houleuse, il s’en alla voir le roi et lui dit : “Il faut faire un décret contre tous les babouches jaunes car ils ne sont que des casseurs, qui mettent le pays à feu et à sang !” Macronoveroch, dépassé par la situation car tous ses amis, rois des autres contrées du monde, se moquaient de lui et de son incapacité à faire face, se laissa séduire par l’efficacité du plan d’Aman Ifpourtous.
 
Bilal, qui découvrit le plan d’Aman Ifpourtous, prévint son oncle, et lui demanda que faire. Mardoch lui répondit : Trouve grâce aux yeux du roi, et sauve nous ! Nous jeûnerons en ton honneur à la prochaine manif.
 

Photo représentant des enfants juifs déguisés pour la fête de Pourim dans les années 50 Jewpop

 
Perturbé par cette situation qui lui échappait, le Roi Macronveroch fut incapable de trouver le sommeil ce soir là. Il appela donc son valet Benlala, et lui demanda de lui faire un peu de lecture, dans les archives du palais. Benlala tomba sur une archive datant du soir où Macronveroch avait déchu la reine Brivachti. Il lut alors au roi que ce même soir, un complot avait été ourdi contre lui et qu’un humble fonctionnaire de préfecture lui avait sauvé la vie en tenant tête aux complotistes. Macronveroch en tomba des nues, il n’était pas au courant de cette histoire. “Qui est mon sauveur ?” demanda le roi. “Un certain Mardoch”, répondit Benlala.
 
Le lendemain, Macronveroch appela Aman Ifpourtous pour lui demander conseil. “Dis moi, Aman Ifpourtous, que ferais tu pour honorer un homme que tu veux remercier ?” Aman Ifpourtous, pensant qu’on parlait de lui, décrivit son propre rêve le plus cher. “Tu dois promener cet homme dans le plus beau char du royaume dans les 36000 cités, aux côtés de la garde royale, et faire annoncer par un ministre que cet homme a les honneurs du roi”. “Super idée ! s’écria le roi, prends le plus beau char, et va promener Mardoch, comme ça, tu diras que cet homme a les honneurs du roi.”
 

Pochette de disque isrélien de chansons de Pourim Jewpop

 
Aman Ifpourtous, mécontent, fit néanmoins ce que demanda le roi, mais pour se venger, rédigea au plus vite le décret de massacre des babouches jaunes, que le roi signa vite fait avant la procession de Mardoch. Alors qu’Aman Ifpourtous promenait Mardoch, Bilal décida d’agir. Il invita le roi à un grand dîner le soir même, et invita également Aman Ifpourtous. Ce soir là, il chanta divinement bien. Le roi lui demanda ce qu’il pourrait faire pour le remercier et le récompenser. Bilal demanda de pouvoir recevoir le roi et Aman Ifpourtous une seconde fois le lendemain à dîner.
 
Le lendemain, Bilal chanta à nouveau merveilleusement. À nouveau, le roi lui demanda comment le récompenser. Bilal Esterani lui répondit: “Empêche qu’on me tue !” À nouveau, Macronveroch tomba des nues (encore !). “Comment ça te tuer ?” “ Oui, tu as signé hier un décret pour tuer tous les babouches jaunes. Mais je suis moi-même babouche jaune, tout comme mon oncle Mardoch qui t’a sauvé la vie, mes amis, mon peuple !”
 

Photo représentant des poupées Barbies de Pourim Jewpop

 
“Mais qui a décidé cela ?” s’écria le roi. “ C’est lui ! fit Bilal Esterani, là, Aman Ifpourtous ! Il m’en veut ainsi qu’aux miens ! Il te monte la tête avec les casseurs, mais tu ne dois pas tout confondre ! Tu dois être dur et sévère contre ceux qui cassent et qui pillent, car cette opposition violente divise le pays et exacerbe les oppositions. Mais tu ne dois pas les confondre avec toutes les babouches jaunes, dont la plupart ne veulent que plus d’égalité dans le royaume, et un pouvoir d’achat plus équitablement réparti !”
 
“En mélangeant tout comme ça, Aman Ifpourtous simplifie le problème et ce n’est pas en suivant ses conseils extrémistes que tu vas arranger la situation ! Protège le pays de l’anarchie et du saccage, mais écoute ton peuple ! Ne te laisse pas aveugler par les discours de violence, il ne nous mèneront que vers le mal !” Convaincu, Macronveroch décida de renvoyer Aman Ifpourtous et annula le décret anti babouches jaunes.
 

Photo représentant des juifs américains lors d'un Pourim Schpiel dans les années 40 Jewpop

 
Puis, émerveillé par le courage et l’intelligence de Bilal Esterani et de Mardoch, il les prit pour conseillers. Il décida de mieux s’occuper des finances du royaume et du partages des richesses. Dans les 36 000 cités, la fronde retomba, et bientôt, on revit dans le royaume des babouches de toutes les couleurs.
 
Henriette Jurman
 
© photos :  DR

Article publié le 19 mars 2019. Tous droits de reproduction et de représentation réservés © 2019 Jewpop
 

Bannière festival cinéma israélien de Paris Jewpop

 

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

S'abonner à la jewsletter

Jewpop a besoin de vous !

Les mendiants de l'humour

#FaisPasTonJuif
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x