Loading...

Les évangéliques américains,
meilleurs amis d’Israël pour la vie

  • BY Ouri Wesoly
  • LE 27/07/2020
es américainss Israël Jewpop

 

A priori, les Juifs sont les plus fidèles soutiens de l’État d’Israël de par le monde, sauf aux États-Unis, où ils sont précédés par les évangéliques. Voici pourquoi (et comment).

 

Pray for Israel Jewpop

 

Curieux, ces évangéliques pro-israéliens, non ? Ce sont pourtant des protestants, lesquels sont chrétiens, lesquels sont en majorité convaincus que les Juifs ont tué Jésus, exact ? Exact, sauf que ceux là sont spéciaux. Très spéciaux. Et pas pour les raisons que vous pourriez imaginer.

 

Ce n’est pas parce qu’ils ont cette manie de vouloir convertir tous ceux qui ne partagent pas leurs croyances. Ni parce qu’ils font une lecture littérale de la Bible. Depuis « Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre » (Genèse 1,1) jusqu’à « Que la grâce du Seigneur Jésus soit avec vous ! Amen » (St Jean, 22,21), chaque phrase est à prendre telle quelle. C’est une vérité absolue que Noé a survécu au déluge grâce à son arche, que Jésus a ressuscité Lazare, etc… Mais toutes les religions comptent en leur sein des intégristes de ce genre. Ce n’est pas non plus parce que les évangéliques constituent le groupe religieux le plus important des États-Unis : 80 millions de personnes, soit 25 % de la population tout de même.

 

Certes, ils sont divisés en une multitude de courants, groupes et sectes, mais se retrouvent tous dans une pensée ultra-conservatrice, surtout dans le domaine de la sexualité : hommes et femmes ne peuvent copuler que dans le cadre du mariage et seulement à des fins de reproduction (« Dieu bénit Noé et ses fils et leur dit : soyez féconds, croissez et multipliez -vous » (Gen. 9:1,19). Ils s’opposent donc à toute forme de permissivité sur le sujet : le sexe avant ou hors mariage, le divorce, la contraception, les « perversions », les LGBT et, bien sûr, cette horreur absolue qu’est l’avortement. Mais cela aussi se retrouve dans nombre de croyances.

 

« Votez pour moi, je me battrai pour vous »

 

Mike Pence et John Agee à la conférence CUFI Jewpop

Le vice-président américain Mike Pence (à gauche) avec le pasteur John Hagee à la convention CUFI (Christians United For Israel) en juillet 2019

 

Et ils ne sont pas non plus spéciaux parce qu’ils votent pour l’aile droite du parti républicain (et ils votent beaucoup car faire avancer leurs principes est un devoir sacré). Ni que dans ces conditions, la candidature puis l’élection de Donald Trump aient été du pain béni à leurs yeux.

 

Non qu’ils apprécient l’homme Trump : spéculateur immobilier, deux fois divorcé, maîtresses sans nombre, menteur compulsif… En plus, il se soucie autant de la Bible que de la première chatte qu’il a attrapée. Cependant, comme les évangéliques, il rejette les élites et leur modernité échevelée. Certes, c’est juste pour s’assurer un électorat : « Votez pour moi, je me battrai pour vous » leur avait-il promis durant sa campagne. Ils l’ont fait. À 80 %. Et ils n’ont pas été déçu. Trump s’est entouré d’évangéliques ou de protestants fondamentalistes : le vice-Président Mike Pence, le Secrétaire d’État (Affaires étrangères) Mike Pompeo, Tom Price (Santé), Ben Carson (Logement), ou encore Betsy Devos à l’Éducation.

 

Il a aussi nommé comme « conseillère pour les affaires religieuses » Paula White, une « télévangéliste » à succès qui explique que la pauvreté est une punition divine, et qui, durant ses émissions, menace ceux qui ne lui font pas de dons : « Vous rêves périront et vos enfants aussi »… Et, comme depuis son intronisation, Trump ne pense qu’à sa réélection, il fait tout ce qui peut faire plaisir aux évangéliques.

 

En quatre ans de mandat, il a nommé 160 juges fédéraux ultra-conservateurs. Il a supprimé des mesures défendant les LGBT, tenté de limiter les mariages homosexuels et nommé deux juges anti-avortement à la Cour Suprême. Mais, là encore, ce n’est pas la première fois, en Amérique ou ailleurs, que les gouvernements se plient aux lois des fondamentalistes¹.

 

La politique étrangère de Dieu

 

Armageddon Jewpop

 

Là où on commence à approcher les causes profondes du soutien des évangéliques à Israël, c’est dans leur passion pour l’eschatologie ou, si vous préférez, la parousie. Non, vous ne préférez pas ? C’est vrai que ce n’est pas facile à placer dans une conversation. Disons donc qu’ils s’intéressent à la Fin du Monde.

 

Notons que leur vision de celle-ci n’est pas très différente des autres révélations. Pour faire (très) simple : à leurs yeux, la Fin commencera par la « Grande Tribulation », un monstrueux bordel farci de fléaux et de guerres. Après quoi commencera le « Millénium », mille ans de paix et de bonheur. Suivra la mère (ou plutôt l’arrière-arrière-grand mère ) de toutes les batailles : « l’Armageddon ». Les légions de l’Antéchrist affronteront celles du Christ. Jésus l’emportera bien sûr, et, après le Jugement dernier, tous ceux qui ont cru en lui – et d’abord les évangéliques – vivront à Ses côtés dans le bonheur éternel, ainsi soit-il, amen.

 

Mais, et c’est là qu’on arrive – enfin – à la question du début. Pour que cette fin des temps arrive, plusieurs conditions doivent être réunies : des catastrophes naturelles, des épidémies, des famines et, Dieu seul sait pourquoi, le retour des Juifs en Israël. Or, une bonne partie des évangéliques (30 millions environ) désirent accélérer ce processus. Ils se considèrent donc comme des « chrétiens sionistes » (au sens actuel du terme : Jérusalem, capitale éternelle, Grand Israël, colonisation, annexions…). Car, comme l’affirme l’un des plus importants de leurs dirigeants: « Telle est la politique étrangère de Dieu ». Du coup, ils feraient pâlir de honte n’importe quel activiste pro-israélien, tant ils sont hyperactifs dans deux domaines majeurs. Le premier, c’est l’argent.

 

Ils dépensent chaque année des centaines de millions de dollars afin de soutenir les colonies, financer des fondations et, évidemment, les partis israéliens d’extrême droite. Qui plus est, parmi les quelques 28.000 juifs américains qui ont émigré en Israël en 2017, plus de 8.500 ont bénéficié de leur aide financière.

 

Le second, c’est le lobbying (lequel, il faut le rappeler, est tout à fait légal aux États-Unis) : ils exercent leur puissante influence sur le pouvoir législatif (représentants et sénateurs) et, comme on l’a vu, ils ont Trump dans leur poche. Ce serait donc une erreur de penser que « l’American Israel Public Affairs Commitee » (AIPAC), à majorité juive, est le plus important lobby pro-Israël des États-Unis.

 

Certes, cette organisation a toujours l’oreille de nombre de dirigeants, mais elle souffre d’un très sérieux problème : une majorité de Juifs américains apprécient de moins en moins l’évolution de la politique du gouvernement israélien. Côté religion, ils font partie des courants libéraux ou conservateurs, et sont furieux de l’intolérance des orthodoxes, majoritaires en Israël selon eux.

 

Ils ne goûtent pas davantage la politique de colonisation. Selon divers sondages, leur soutien à l’État juif diminue à chaque génération. Et même si l’AIPAC parlait au nom de tous les Juifs, il n’y aurait toujours pas photo : ceux-ci ne sont que 5 millions face aux 30 millions de chrétiens sionistes.

 

« Nul ne peut être sauvé en étant juif »

 

Le pasteur Robert Jeffress et le rabbin Zalman Wolowik priant lors de l'inauguration de l'ambassade américaine à Jérusalem Jewpop

Le pasteur Robert Jeffress priant aux côtés du rabbin newyorkais Zalman Wolowik, lors de l’inauguration de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem (14 mai 2018)

 

Une des grandes réussites du lobby chrétien sioniste a été le transfert en décembre 2017 de l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem. Deux dirigeants des plus importants lobbies chrétiens, John Hagee (« Christians United For Israel » ) et Robert Jeffress (« First Baptist Church of Dallas ») étaient d’ailleurs présents lors de l’inauguration, durant laquelle ils ont prié pour Israël.

 

Tout cela est bel et bon, mais que devient l’accusation de peuple déicide là dedans ? L’historien israélo-américain Gershom Gorenberg, spécialiste des rapports entre religion et politique, a une réponse : « Ils considèrent que si les Juifs ont eu le pouvoir de tuer Jésus, ils ont certainement celui de le faire revenir ». Mais, malgré ce raisonnement, la vérité est que si les les chrétiens sionistes adorent Israël, ils n’aiment pas trop les Juifs. Les propos des mêmes dirigeants qui priaient lors de l’inauguration de l’ambassade laissent peu de place au doute à ce sujet.

 

Robert Jeffress a déclaré à plusieurs reprises que « nul ne peut être sauvé en étant juif », précisant dans la foulée que «la foi dans le judaïsme menait tout droit en enfer ». Quant à John Agee, il estime que Hitler et la Shoah faisait partie d’un plan divin « pour que les Juifs retournent sur la terre d’Israël ». À noter aussi : plus plus de Juifs partiront en Terre sainte, moins il y en aura aux États-Unis…

 

John Hagee Jewpop

Le rabbin Aryeh Scheinberg (premier en partant de la droite), fervent promoteur des Christians United For Israel, avec à ses côtés le pasteur John Hagee, lors d’une visite de ce dernier au Ministère israélien des Affaires étrangères

 

Et enfin, la preuve  ultime : la dernière partie de la Fin des Temps sur laquelle les évangéliques conservent un silence discret lorsqu’ils parlent aux Israéliens : durant l’Armageddon, la grande bataille entre le Christ et l’Antéchrist, les deux-tiers des Juifs seront tués. Quant au dernier tiers, il se convertira – enfin ! – à la Vraie Foi…

 

On ne présente pas Jésus aux Juifs

 

God TV Jewpop

God TV

 

Comment les politiciens israéliens, et d’abord ceux de la coalition au pouvoir, réagissent-ils à ce tsunami d’amour ? Le premier d’entre eux, Benjamin Netanyahu, est positivement ravi, son gouvernement n’ayant plus tant d’alliés que cela de par le monde. Alors, ces gens qui soutiennent la totalité de son programme sont d’évidence les « meilleurs amis d’Israël ».

 

Sans parler de l’argent qu’ils déversent sur le pays, denrée dont on le sait friand. Cela vaut la peine de passer sur quelques propos antisémites. Quant à ce massacre à la fin des temps dont – Mossad oblige – il est forcément informé, le Premier Ministre n’en a cure : d’après ses calculs, il ne devrait plus être au pouvoir à cette époque là. Les partis laïcs prennent l’aide des évangélistes avec plaisir et l’Armageddon avec sang-froid : ils sont habitués aux délires des intégristes. Précisément, les ultra-orthodoxes se fichent complètement de l’ensemble de l’affaire. De toute façon, ceux qui ne pensent pas comme eux, Juifs ou non-Juifs, sont des idiots, des singes ou des nazis…

 

Les sionistes religieux, eux, se marrent dans leur barbe : la tête que feront les évangéliques quand ils assisteront au retour du Vrai messie, le leur, celui des Juifs. Ils auront l’air malins, tiens, avec leur ersatz de divinité. Bref, tout va pour le mieux dans la meilleure des fins du monde possible. Quoique…

 

Le « Conseil israélien des câbles et satellites » vient de retirer sa licence à la chaîne évangélique « God TV », qui diffusait sur le câble et le web des émissions en hébreu destinées à « présenter Jésus au peuple juif ». Les « meilleurs amis », c’est bien, mais il ne faudrait pas qu’ils soient trop envahissants non plus.

 

Ouri Wesoly

 

¹ Tout comme en Afrique, en Asie et en Amérique latine, entre autres au Brésil, où les évangéliques ont beaucoup contribué à l’élection du président actuel, Jaïr Bolsonaro.

 

Lire d’autres articles d’Ouri Wesoly sur Jewpop

 

© photos et visuels : DR

Article publié le 27 juillet 2020. Tous droits de reproduction et de représentation réservés © 2020 Jewpop

 

 

ULYS banner

 

 

JEWPOP A BESOIN DE VOUS !

Les mendiants de l'humour

#FaisPasTonJuif

Commentaires (0)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

Articles similaires

es américainss Israël Jewpop

Les évangéliques américains,
meilleurs amis d’Israël pour la vie

A priori, les Juifs sont les plus fidèles soutiens de l’État d’Israël de par […]

Sympathisants nazis argentins à Buenos Aires en 1938 Jewpop

Cry for me Argentina : l’extraordinaire liste nazie

L’Argentine a servi de refuge à nombre de criminels de guerre nazis dès 1945, […]

Guy Bedos Jewpop

Comment Guy Bedos contribua à sauver la maison d’Izieu

Par ses appels à la générosité du public qui assistait à ses spectacles, Guy […]

Chaussures forêt Stutthof Jewpop

Les chaussures invisibles du camp de concentration de Stutthof

En 2015, une macabre découverte est faite près du site de l’ancien camp de concentration de Stutthof, […]