Al Pacino dans la peau de Phil Spector

4 minutes de lecture

 
 
Phil Spector, mythique producteur de disques, fait l’objet d’un téléfilm produit par la chaîne HBO, centré sur le procès pour meurtre de l’actrice Lana Clarkson, pour lequel il a été condamné en 2009 à une peine de 19 ans de prison. Dans le rôle titre, Al Pacino, aux côtés d’Helen Mirren, qui joue son avocate.
 
Phil Spector, né en 1939 dans une famille juive du Bronx originaire de Russie, a révolutionné la production musicale américaine des sixties, créant ce célèbre Wall of sound qui sera sa marque de fabrique. Une patte sonore consistant à empiler les couches d’instruments à l’unisson, le tout en mono pour une diffusion radio qui distingue immédiatement ses enregistrements des autres, technique qu’il appliquera à des groupes vocaux rhythm & blues et pop comme les Ronettes (Be my baby, Da dou ron ron…), The Crystals, The Righteous Brothers, mais aussi Ike & Tina Turner, pour finir par Let it be des Beatles, Imagine de John Lennon, All Things Must Pass de Georges Harrison (le son de My Sweet Lord, c’est lui) et les Ramones.
 

 
Réputé pour dégainer un revolver à la moindre contrariété, sa carrière prendra définitivement fin après la nuit du 2 au 3 février 2003, où après une soirée particulièrement arrosée, il embarque dans sa Mercedes l’ancienne actrice de série B Lana Clarkson, qui travaille alors comme hôtesse dans un club. La soirée se termine dans le manoir californien de Spector, où Clarkson est retrouvée morte d’une balle dans la tête quelques heures plus tard. Le producteur aurait déclaré à son chauffeur «je crois que je viens de tuer quelqu’un», alors qu’il a toujours maintenu ensuite une autre version, celle du suicide (« elle a embrassé le revolver, et j’ignore pourquoi », déclara-t-il au magazine Esquire).
 

 
S’il est difficile de savoir ce que donnera ce téléfilm au vu du trailer diffusé par HBO, on est en droit d’attendre beaucoup des retrouvailles de deux monstres du cinéma, dont le manque d’inspiration sur grand écran s’est cruellement fait sentir ces dernières années. David Mamet, comme scénariste et réalisateur, considéré à juste titre comme l’un des plus brillants scénaristes d’Hollywood pendant les années 90, grâce à l’excellent Glengarry Glen Ross (1992), adapté de sa propre pièce de théâtre, portrait au vitriol d’une Amérique désespérée, avec pour personnages des agents immobiliers au bout du rouleau. Un film dans lequel on trouvait au casting… Al Pacino. Dont la dernière mémorable prestation remonte à la superbe mini-série Angels in America (2003), et récemment, toujours pour la télé, dans You Don’t Know Jack dans le rôle du Docteur Kevorkian.
 

 
Il faudra attendre le 24 mars pour la diffusion de ce téléfilm sur HBO. Les fans français de Pacino, de Mamet et de Spector le verront sans doute ensuite sur Internet, à défaut d’une hypothétique diffusion sur une chaîne locale. Une chose est sûre, Pacino version Jewfro, ça le fait.
 
Alain Granat
 
Le trailer de Phil Spector
 
 

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

S'abonner à la jewsletter

Jewpop a besoin de vous !

Les mendiants de l'humour

#FaisPasTonJuif
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x