Moi quand j’étais ado…

8 minutes de lecture

 


Mon neveu Jarod est un peu pour moi comme la situation politique du Sahara occidental, la finale de Question pour un champion ou la cote de sympathie de Valérie Damidot : un mystère insondable.
 
Dimanche 18h02, ma mère remplit un sac de tupperwares pour ma semaine avec Solal. Je regarde ce qu’elle appelle « un filet » et je me dis qu’au niveau calorique, on est en dessus du container de bouffe pour le Darfour.
Moi : Maman arrête je te jure, on ne mangera jamais tout ça.
Jarod : Ça te dérange pas que ta mère te fait à manger à ton âge ?
Moi : Et toi, ça te dérange pas de parler aussi mal le français à ton âge ?
 
Mon neveu a 14 ans, deux ans de retard, un iPhone 5s, des Jordan personnalisées, le vocabulaire d’un gamin de 5 ans et demi et un seul but : attendre sa majorité pour s’inscrire dans la “Maison des Secrets”. Le pompon, c’est quand monsieur m’appelle par mon prénom comme si on avait dansé ensemble au Clara tout l’été.
Ma mère : Arrête de mal parler à ta tante !
Moi : Donc la syntaxe, le français, tout ça, on fait la grève ce soir ?
 
Sans transition, Jarod le nez plongé sur son téléphone et le replay des « Anges de la téléréalité », se lance dans une tirade digne de Kafka sous LSD : « chuis sûr qu’un jour, y vont faire les Anges à Tel-Aviv. Amélie elle vendra ses vêtements pour enfants sur le marché de Nahalat Benyamine. Ils feront des soirées dans des boîtes gays et en guest y aura Bar Refaeli. Chuis trop bon. Chuis fait pour faire de la téloche ».
Regarder un ado version 2014, c’est pour moi l’occasion de mesurer le fossé avec l’ado version 1991.
 
Moi quand j’étais ado…
• Je ne parlais pas avec des personnes plus âgées sans bafouiller.
•  Je pleurais quand Sophie Marceau s’énervait en parlant en hébreu.
•  Ma mère faisait « hum hum » quand il y avait un début de commencement de scène de sexe dans le film de 20h.
• Mon père changeait au bout du 2e « hum hum ».
• Je trouvais que Brenda était vraiment insupportable.
• J’avais réussi à convaincre ma classe de faire des téhilim pour que s’arrête la guerre du Golfe pendant le contrôle de maths prévu depuis des semaines.
• Je suppliais ma mère de m’acheter une chemise en jean et des santiags pour faire comme dans « Thelma et Louise ».
• J’avais craché mes poumons en essayant de fumer une Gitane en hommage à Serge Gainsbourg le jour de sa mort.
• À l’âge où mon neveu négocie une semaine avec ses copains à Ibiza l’été prochain, moi je tentais de gratter une heure de plus avec mes copines devant le Paramount Opéra.
• À l’âge où mon neveu « emprunte » la Rolex de son père quand il l’oublie dans la salle de bains, moi je bourrais mon soutien-gorge de boules de coton.
• À l’âge où mon neveu télécharge de la musique sur Internet, moi je me faisais avoir en achetant une cassette audio de Michaël Jackson qui n’était en fait que des reprises par l’orchestre de Maurice Jackson.
• À l’âge où mon neveu regarde sur une chaîne du câble « Basic instinct » en répétant « pfff mais c’est quoi ce film rose pourave », moi je mourrais de peur en entendant les trois premières mesures de la musique des « Dents de la mer ».
• À l’âge où mon neveu te décrypte une vidéo YouTube pour t’expliquer pourquoi c’est un fake, moi je me suis demandée pendant 4 ans si les yeux d’Anne Sinclair étaient bleus naturellement ou s’il y avait « un truc ».
• À l’âge où mon neveu arbore un dinh van en or, moi j’empilais les gummies sur les bracelets brésiliens.
 
Quand l’Alien qui me sert de neveu lâche un « je m’ennuie putain », je sors de mes gonds.
Moi : Jarod, tu te rends compte que t’as quand même énormément de chance.
Lui : De la chance ? T’as vu ça où ?
Moi : Ben regarde-toi, t’as tout. Moi j’aurais rêvé de…
Ma mère (sortant de sa cuisine en furie) : … De quoi ? Toi t’as manqué de quelque chose ? Vas-y dis moi ! Vous avez tout reçu ! De l’amour à n’en plus finir…
Moi : Tu oublies deux ou trois tannées.
Ma mère : Des tannées ? Moi mon père il inspectait le parquet avec le martinet à la main et nous on tremblait. On dormait à 5 dans une chambre froide comme l’U.R.S.S.
Moi : L’U.R.S.S., ça existe plus depuis 23 ans.
Jarod : Ah bon ?
Ma mère : Si elle le dit,ça doit être vrai, elle est meilleure en culture générale qu’en cuisine. C’est pas dur, en cuisine elle est nulle.
 
 
The SefWoman
Ma philosophie se situe entre « A Kippour tout le monde pardonne, sauf moi » (Raymond Bettoun) et « Dieu n’existe pas, mais nous sommes son peuple » (Woody Allen)
 

Abonnez-vous au compte Twitter de The SefWoman
The SefWoman sur Facebook
Retrouvez toutes les chroniques de The SefWoman sur Jewpop
© photo : OK Magazine

Article publié le 24 avril 2014. Tous droits de reproduction et de représentation réservés © 2014 Jewpop
 

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

S'abonner à la jewsletter

Jewpop a besoin de vous !

Les mendiants de l'humour

#FaisPasTonJuif
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x