Loading...

Je suis venue, j’ai vu, j’ai dormi et un peu vomi : ma soirée des César

  • BY Sharon Boutboul
  • LE 02/03/2020
Photo de la statuette des César Jewpop

Quand mon boss m’a dit “Sharon, je ne peux pas regarder la soirée des César, c’est vendredi soir et je prépare mon dîner de shabbat. Vous me ferez un papier, je suis sûr que vous aurez de la matière !” j’ai failli m’étrangler avec mon sandwich tunisien. Lui qui passe son temps à poster sur sa page Facebook des vidéos de ses recettes – dont je doute fort de la cacherout – dignes de Malaise TV… Bref, je n’avais pas le choix.

 

En regardant la soirée des César, j’en suis presque venue à regretter la cérémonie des 7 d’or. Le show a démarré en beauté avec un ballet qui aurait fait passer ceux des émissions de Maritie et Gilbert Carpentier pour du Alvin Ailey. Dans le plus pur style variété albanaise des années 80. Le tout sous la houlette de Florence Foresti, qui côté vannes a tout donné. Ambiance René Cousinier en moins drôle et bien plus lourd. Ce qui reste quand même un exploit quand on apprécie comme moi l’humour de René Cousinier, surnommé “René la branlette”.

 

 

D’ailleurs une question m’a taraudée pendant toute cette soirée : pourquoi Foresti, dont on connaît la détestation qu’elle éprouve envers Polanski, a-t’elle accepté de participer à cette mascarade ? Tout ça pour filer à l’annonce du prix du meilleur réalisateur décerné à celui qu’elle dénomma subtilement “atchoum”, et touiter de son lit douillet “écoeurée” avant d’aller vomir dans son bidet. Moi j’aurais dit à Florence “Rends l’argent”, façon ex-fan de François Fillon. À moins qu’elle n’ait offert son cachet à son association Woman Safe ?

 

Les moments pathétiques se sont ensuite succédé. Tel Jean-Pierre “Droopy” Darroussin (moi aussi j’ai envie de faire ma Foresti) refusant de prononcer le nom “Polanski”, rappelant à l’insu de son plein gré les grotesques Chevaliers qui disent “Ni !” de Sacré Graal des Monty Python. Vous savez, ces chevaliers gardiens des mots sacrés « Ni », « Peng » et « Neee-Wom ». Ceux qui les entendent vivent rarement assez longtemps pour aller raconter leur histoire, explique le roi Arthur dans ce monument d’humour british.

 

 

Je ne devrais pas l’avouer publiquement, mais passé ces moments pénibles, j’ai rapidement basculé dans le monde merveilleux des Marseillais aux Caraïbes. Si j’avais une suggestion à faire pour la prochaine édition des César, ce serait de réunir Adèle Haenel, Céline Sciamma, Roman Polanski, Emmanuelle Seigner, Aïssa Maïga, Virginie Despentes, Florence Foresti, Patrick Bruel, Jean Dujardin, Luc Besson & many more dans une villa au soleil et sous les caméras. Au moins on se marrerait.

 

Sharon Boutboul

 

© photo :  DR

Article publié le 2 mars 2020. Tous droits de reproduction et de représentation réservés © 2020 Jewpop

 

 

ULYS banner

 

JEWPOP A BESOIN DE VOUS !

Les mendiants de l'humour

#FaisPasTonJuif

Commentaires (0)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

Articles similaires

Photo de Pascal Boniface portant un maillot de l'équipe de France de football Jewpop

Jewpop reçoit Pascal Boniface à domicile

Après Éric Zemmour, maintes fois pris pour cible par Jewpop, ce fut au tour […]

Mike Brant prière Jewpop

Pourquoi je prie (quoique habité par un doute métaphysique)

Philippe Chriqui, directeur de la revue Mikhtav Hadash, a écrit ce texte en période de […]

Éric Zemmour et Pascal Boniface :
martyrs groupés

Quel est le point commun entre Éric Zemmour et Pascal Boniface ? Outre leurs […]

Visuel Covid-19 Jewpop

Covid-19, un détail de l’histoire ?

Le Covid-19 ? Juste une « grippette », l’occasion d’installer durablement l’« état d’exception », la preuve que […]