Loading...

Redevenir Allemand(e) ? Warum nicht ?

  • BY Cathie Fidler
  • LE 24/07/2019
Photo d'un passeport allemand Jewpop

 

Nous autres, Juifs de France, sommes Français et fiers de l’être. Bon, c’est vrai que parfois il nous monte comme une aigreur en lisant ou en vivant des épisodes plus que déplaisants, que l’on pensait ne jamais revoir. Et en particulier si notre histoire familiale a des racines allemandes, car nul n’ignore à quel point les Juifs allemands étaient intégrés dans leur pays, ni l’arrachement qu’a consisté leur exil forcé, avant même que commencent les exactions et la menace d’une extermination.

 

Soldats juifs allemand pendant la première guerre mondiale, célébrant un office religieux Jewpop

 

Ce qui est moins connu en France, en revanche, c’est la bataille (le terme n’est pas trop fort, on va le voir) que mènent les descendants de ces exilés, notamment aux États-Unis et en Grande-Bretagne, pour « récupérer » la nationalité dont leurs parents ont été déchus, une naturalisation tardive que l’Allemagne leur propose.

 

Leurs raisons de leur requête sont diverses : le souhait de posséder un passeport européen, pour des raisons politiques ou commerciales, le désir de renouer avec l’histoire familiale, de faire reconnaître une appartenance qui, dans certains cas (comme le mien) remonte au début du 18ème siècle. Il y a eu, pour nombre d’exilés juifs allemands, un fort attachement à la langue maternelle, à la cuisine et aux traditions germaniques. Le cordon a été dur à couper, malgré les horreurs du nazisme. Leurs descendants ont été imbibés de cet héritage, fût-ce à leur corps défendant.

 

Carte identité juif allemand Jewpop

Une loi de janvier 1939 obligeait , sur leurs papiers d’identité, les prénoms Israël ou Sara à tous les Juifs portant des prénoms d’origine « non juive ». À partir d’octobre 1939, tous les Juifs devaient par ailleurs faire apposer la mention J sur leurs cartes d’identité et passeports (copyright Mémorial de la Shoah)

 

Et puis, plus récemment, leur demande est motivée par le désir qu’ont les Juifs britanniques de demeurer européens, face aux problèmes pratiques que leur poserait un Brexit dur. L’Allemagne est bonne fille. Tout comme l’Espagne¹ et le Portugal l’ont fait pour racheter les expulsions liées à l’Inquisition, et en vertu d’un certain article 116-2, l’Allemagne accorde la nationalité allemande aux Juifs qui l’ont perdue par la faute du national-socialisme, comme ils disent là-bas. Ah, mais pas n’importe comment ! Il y a des limites à la bienveillance. Par exemple, si vous êtes né(e) avant 1953 d’une mère de nationalité allemande, et pas d’un père allemand, votre candidature sera rejetée sans recours (pour l’instant).

 

La raison de ce couperet ? Eh bien, avant 1953, on devenait allemand par le « droit du sang » – le sang du père, celui de la mère, lui, comptait pour du beurre. Après cette date, la loi allemande a changé, une certaine égalité a été instaurée, et les mères ont pu transmettre leur nationalité à leurs enfants, quelle que soit celle du père. Le résultat de la restriction pré-1953 : aujourd’hui dans une même « fratrie » de descendants d’exilés ou de survivants, telle sœur aura gain de cause, tandis que son aînée verra sa demande rejetée.

 

Deuxième absurdité : les enfants (et enfants adoptés) dont les parents ont eu la bonne idée de partir tôt d’Allemagne (dès 1933, par exemple) avant que le régime national-socialiste ne les déchoie formellement de leur nationalité (et du reste de leurs droits, par la même occasion) se voient opposer la même fin de non-recevoir, au prétexte que ces parents ont émigré de leur plein gré ! Il en va de même pour les enfants nés hors-mariage d’un père juif allemand et d’une mère non-juive, ou qui ont été adoptés par une mère non-juive avant 1993… On se perd facilement, dans le dédale de ces articles de loi, qui sont autant de barrages à la reconnaissance d’un héritage.

 

Le chemin qui mène à ce passeport-là est donc aussi douloureux que notre histoire avec l’Allemagne. La question même de savoir s’il est judicieux de réclamer cette nationalité « après tout ce qu’ils nous ont fait subir » est source de débat. Mais à l’heure où le danger pointe à nouveau de tous les côtés, la possession de plusieurs passeports devient désirable.

 

Face aux complexités légales que représente l’obtention de cette régularisation – appelée « Wiedergutmachung » –, les demandeurs britanniques se sont donc organisés en un groupe très actif, fort de 200 membres en GB, avec l’aide d’un avocat, Felix Couchman. Il paraît utile que leur mouvement soit mieux connu en France aussi, ne serait-ce que par souci d’équité. Si les difficultés inhérentes à cette requête se répandent ailleurs qu’en Angleterre et aux États-Unis, peut-être aurons-nous tous gain de cause, et une juste revanche sur les nazis – pour nommer ce qui doit l’être. Alors, à vos claviers ?

 

Cathie Fidler

 

¹Voir ici la liste des noms concernés.

Le site du groupe anglais qui mène ce combat :

https://www.article116exclusionsgroup.org/about

Pour compléter ces informations, lire ici un article sur les lois régissant l’obtention de la nationalité allemande :

https://journals.openedition.org/etudesrurales/7973

 
Cathie Fidler est écrivain, auteur de plusieurs romans parmi lesquels Histoires floues, La Retricoteuse… du livre d’art Hareng, une histoire d’amour, co-écrit avec Daniel Rozensztroch et d’un ouvrage consacré à son père, le peintre et céramiste Eugène Fidler « Eugène Fidler, Terres mêlées » (Les Éditions Ovadia). Son nouveau roman, Creuse la terre, creuse le temps (Éditions Ovadia) est à commander sur le site de l’éditeur et sera en librairie le 22 août.

 
Gratitude, le blog de Cathie Fidler

© photos : DR

Article publié le 24 juillet 2019. Tous droits de reproduction et de représentation réservés © 2019 Jewpop


ULYS banner

JEWPOP A BESOIN DE VOUS !

Les mendiants de l'humour

#FaisPasTonJuif

Commentaires (0)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

Articles similaires

Couverture Grand Secret d'Israël de Stéphane Amar Jewpop

Stéphane Amar nous dévoile le
grand secret d’Israël

  Stéphane Amar est journaliste, installé à Jérusalem depuis 2003. Correspondant de BFM TV ou […]

Photo de Rokhaya Diallo Jewpop

La Shoah revue et très blanchie par Rokhaya Diallo

Dans le monde des historiens et chercheurs spécialistes de l’Histoire de l’extermination des Juifs […]

Couverture d'un pulp des années soixante psychanalyse Jewpop

Yann Moix, l’antisémitisme est-il un philosémitisme ?

Alexis Rimbaud, psychologue clinicien et psychanalyste, nous propose un éclairage de l’“Affaire Yann Moix” à […]

Photo d'un passeport allemand et d'un passeport anglais Jewpop

Redevenir Allemand : Achtung zigzags !

Dans un article précédent, nous avions évoqué la course d’obstacles que représentait la demande […]