De Vegas à Deauville, tous les chemins mènent au Sentier

8 minutes de lecture

 
Las Vegas est à 8720 kms de Paris, Deauville n’est qu’à 199 kms de la capitale. La première accueille les plus grand casinos du monde et on y est à l’abri de rien. La seconde accueille le casino le plus proche de celui d’Enghien-les-Bains, mais il est plus à l’abri du 93. L. Si tu hésites entre les deux destinations, un comparatif s’impose.
 
Las Vegas, la ville qui ne dort jamais. L’avion se pose, le soleil se couche, et tu sors tes lunettes de soleil. À Deauville, tu te taperais une sole, mais ici pas de problème pour jouer la morue, t’arrivera jamais au niveau de Céline Dion. Elle est sapée comme un sapin de Noël sur les affiches publicitaires de l’aéroport pour faire la promo de ces concerts. À côté des néons géants de la ville qui font du racolage au pieds du tarmac, elle fait tsniout, la Céline.
 

 
Flamingo, Louxor, Mandala Bay… Le « Strip » c’est près de 7km de casinos-hôtels qui s’enchaînent. Tout ce qui brille n’est pas or, alors t’es pas couché ! Tu entres et tu t’installes devant une machine à sous choisie au hasard des milliers qui te font de l’œil. Des hôtesses à moitié à poil viennent te servir mojitos et Corona (NDLR : mais ça, c’était avant…) gratos à gogo pour que tu restes. Tu glisses tes billets dans la seule fente à ta disposition, celle de la machine à sous. Elle est très réactive, elle fait cliiiiiing-wiiiiiizzz-boooong. Sans pendules ni lumière du jour, à défaut de nichons, tu es resté sous les néons un temps indéterminé à vouloir te refaire. Qui sait à quelle heure et comment tu as retrouvé ton hôtel. Quand tu te réveilleras à 3h du mat’ dans ta chambre, décalage horaire oblige, tu pourras avoir un mojito dès ton petit déj. Tout marche 24h/24 à Vegas, et la menthe c’est toujours bon et frais, même quand tu ne l’es plus.
 

 
Deauville, la ville où tu ne dores jamais. Quand t’arrive, là au moins, il fait frais. Le soleil se cache, à cause de la pluie, mais tu sors tes Ray-Ban comme tout le monde puisque tu es à la mer. Pour le casino, y en a un ouvert 24h/24 à Deauville. Ils ont fait une grande entrée, elle fait la même taille que les toilettes du MGM Grand à Vegas. Quant à la Céline Dion locale, elle chantait il y a longtemps, après elle a ouvert des boîtes. Mais c’est plutôt de la conserve, à voir la tête de son lifting.
 

 
À Las Vegas, tu dors (pas) sur la béquille. Vu la longueur du Strip, il t’en faudra même deux pour ne pas finir sur les genoux. Du MGM Grand, tu vois le Mandala Bay, alors ça veut dire que c’est à côté. De ton fauteuil devant une machine à sous, tu vois les gros nichons fermes de l’hôtesse, alors ça veut dire que t’es à côté. Dans les deux cas, c’est perdu d’avance. Au bout d’un quart d’heure à pied sous le cagnard, tu t’aperçois que tu n’es même pas à la moitié du trajet, tu sautes donc dans un taxi pour le finir.
 

 
Pour l’hôtesse, tu lui parles, elle sourit. Tu te lèves pour lui filer ton numéro de téléphone, la béquille dans le froc, du coup t’as pas vu venir celle du vigile. Il est 4 fois plus large que les 90D de ta target, et te dépasse de 6 têtes. Pour sauter, il vaut donc mieux un taxi, pour te finir, il te reste ta main. Même avec des mini-bikinis, les Américaines, c’est jamais des shiksé, tu dois voir des juives partout si tu veux t’en tirer. T’as beau être à Sin City, t’es aussi dans le pays des lois sur le harcèlement sexuel, ici on drague partout comme à la plage de la syna, celle de Deauville quoi. Tu lances des œillades, mais comme les parents sont à côté, tu dois faire comme si elle était derrière le rideau, Rebecca. Pourtant, son bikini rose bonbon lui fait un cul à croquer, et en plus, c’est son père dentiste qui le lui a offert. Continue à la mater comme ça et il va te péter les dents.
 

 
À Las Vegas, le seul moyen de tirer facile, c’est d’aller tirer au stand. Laisse ton engin perso dans son étui, il ne s’agit pas de pétards, mais d’armes à feu. Comme à Vegas tout a un prix, ça coûte dans les 150$. Mais tu peux choisir ta cible, et en la matière, tu peux même tirer sur… Ben Laden ! À Deauville, la seule Laden que tu peux trouver, c’est celle de la buanderie de la maison que tes parents avaient loué l’été 1986, mais à elle, tu peux pas lui mettre une cartouche. Avec ton Uzi calé sur l’épaule, t’as l’impression de jouer dans Full Metal Jacket ! Dire que maintenant, ce sont les Chinois qui les fabriquent, les jackets. Mais à Las Vegas, les Chinois… ce sont les Israéliens. Ils colonisent les centres commerciaux à coup de crèmes au sel de la Mer Morte, et ils sont meilleurs vendeurs que les Chinois.
 

 
Lior, 29 ans porte une étoile de David autour du cou. Ça inspire confiance, tu lui en as pris pour 600 $ de ces onguents à base de diamant. À 200 euros le pot, quand les Chinois pourront nous faire avaler que le baume du tigre évite un lifting, ils pourront peut-être s’attaquer à Vegas. Ils nous ont déjà niqué le Sentier, squatté la moitié des tentes de la plage de Deauville… Ça va bien comme ça, non ?
 
Jackie Schwartz
 
 
© photos : Sophie Taïeb, Jackie Schwartz, DR
Article publié le 28 octobre 2013, tous droits de reproduction et de représentation réservés © 2020 Jewpop
 

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

S'abonner à la jewsletter

Jewpop a besoin de vous !

Les mendiants de l'humour

#FaisPasTonJuif
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x