Des livres et moi

10 minutes de lecture

 
Je viens d’apprendre comme vous qu’en septembre 2016, on pourra trouver aux éditions Fayard « Mein Kampf », tombé dans le domaine public. Vous je sais pas, mais moi je compte pas l’acheter. De toutes façons, Hitler ou pas, à chaque fois que j’ouvre un livre devant ma mère, ça vire au drame.
 
 

Septembre 1986 :  «Le journal d’Anne Frank»


Dimanche soir, je suis allongée sur mon lit, je dévore « Le journal d’Anne Frank », ma mère entre sans frapper, et ce malgré le panneau  « INTERDIT » qui orne la porte de ma chambre.      « C’est l’heure de mettre la table ! »

Moi : Je lis !
Ma mère : Tu peux faire une pause cinq minutes pour aider ta mère.
Moi : Il  me reste 20 pages…
Mon frère, qui passe par là : Elle meurt à la fin, allez lève toi !
Moi : Gros con !
Ma mère : Comment tu parles à ton grand frère !
Moi : Et lui, comment il me parle ? Moi j’en ai marre de cette famille !
Mon père : Y a pire, regarde Anne, la pauvre. Coincée dans un grenier, pas le droit de sortir. Ta vie toi c’est Byzance !
Moi : Moi non plus je n’ai pas le droit de sortir !
Mon père : Toi y a personne qui veut te tuer !
Moi : Si. Maman, elle dit que si je fréquente un garçon et que je fais un bébé avant de me marier, comme la fille de Tata Monette, et ben elle me tue et elle se tue après.
Mon père : Toi y a personne qui va te dénoncer.
Moi : Si mes frères. Regarde leurs têtes de collabos !
Ma mère : Pour la dernière fois, tu mets cette table sinon je te mets dans le premier train pour la pension !
Moi, chuchotant : Regarde, maintenant elle veut me déporter !
 
 

Août 1990 : « Le deuxième sexe » de Simone de Beauvoir

Ma mère m’attend dans la cuisine, mes 3 frères l’entourent, la mine réjouie, les bras croisés. À s’y méprendre, on dirait un Boys Band qui rencontre la Reine Elizabeth.
Moi : Qu’est-ce qui se passe ?
Ma mère : C’est à toi de me le dire…
Moi :
Et là ma mère me met sous le nez « Le deuxième sexe » de Simone de Beauvoir . Elle a l’air aussi horrifiée que s’il s’agissait d’un emballage vide de préservatif.
Ma mère : T’as pas honte ?
Moi : Ça ne parle pas de sexe. Enfin pas comme dans les films que vous (regards appuyés vers mes frères) regardez le dimanche soir sur la 6.
Mes frères : Bon allez on y va nous….
Moi : Ça parle de la place des femmes, de féminisme. Ça explique qu’on ne naît pas femme, on le devient. Être une femme, c’est une construction, pas une évidence. En fait, nous les femmes on est dominées par les hommes. Bon j’ai pas tout compris, je l’ai pas encore fini…
Ma mère : Donne moi un Doliprane j’ai mal à la tête…
Moi : T’es fatiguée parce que tu t’occupes de toute la maison, ça aussi elle le dit dans ce bouquin…
Ma mère : Elle a raison ! Elle avait combien d’enfants Simone de Beauvoir ?
Moi : Aucun, elle voulait pas en avoir.
Ma mère : Elle ne voulait pas d’enfant !
 
Là, ma mère, ça lui a fait un choc. Je pense que si je lui avais annoncé : « j’arrête l’école pour aller m’installer en Lozère avec Cédric Pouillot, le responsable du club catho de mon lycée » ça lui aurait fait le même effet.
«  Comment on peut être une femme et ne pas vouloir d’enfant ? Allez, allez, viens m’aider à étendre le linge au lieu de lire des âneries… »
 
 

2010 : « La carte et le territoire » de Michel Houellebecq

Un samedi après-midi d’hiver. Je suis coincée chez mes parents qui comptent les heures avant la sortie de shabbat, avec le sempiternel débat sur l’heure de shabbat en hiver, « on dit qu’elle remonte ou qu’elle redescend ? »
Ma mère : C’est quoi ce livre ?
Moi : « La carte et le territoire », de Michel Houellebecq.
Ma mère : C’est un livre sur Israël, j’ai lu un article dans Actu J !
Moi : Non.
Ma mère : On a un tout petit pays, et les Arabes ils ont pleins de pays…
Moi : Ça ne parle pas de ça…
Ma mère : Ils veulent découper Jérusalem !
Moi : Ça ne parle pas de ça !
Ma mère :  … Comme une pizza, un bout pour toi, un bout pour moi…
Je me lève : Maman, pour la dernière fois ! Ça ne parle pas de ça ! Ça parle de l’art, d’argent, de la mort, du rapport au père… Mais pas d’Israël ! Regarde et arrête de délirer ! Je vais me faire un café…
 
Quand je suis revenue, elle avait parcouru la 4ème de couverture et me l’a tendue. « T’as raison, j’avais confondu avec son autre livre Extension du domaine de la lutte ».
 
Depuis l’annonce de la publication du livre d’Hitler, je me pose plein de questions. Y aura-t-il un bandeau rouge, tu sais, pour attirer le chaland… « Réédition du best seller des années 30 » ? Et ils vont le ranger dans quel rayon, les libraires ? J’espère qu’ils ne vont pas le foutre au rayon « Histoire de la Seconde guerre mondiale», à côté de « Si c’est un homme » de Primo Levi. Y aurait de quoi se jeter dans le vide une seconde fois pour Primo Levi.  Je me dis que si ça se vend, on est mal. Si ça se vend pas, on est mal aussi. Avec la politique commerciale de la Fnac, il finira à Noël dans un coffret à 19€99, pour un livre acheté, le DVD « Shoah » de Claude Lanzmann offert.
 
The SefWoman
Ma philosophie se situe entre « A Kippour tout le monde pardonne, sauf moi » (Raymond Bettoun) et « Dieu n’existe pas, mais nous sommes son peuple » (Woody Allen)
 

 

Commander « Je suis juive mais je me soigne » de The SefWoman (éd. Jungle) sur Amazon (6€)
 
Abonnez-vous au compte Twitter de The SefWoman
The SefWoman sur Facebook
Retrouvez toutes les chroniques de The SefWoman sur Jewpop
© photos : Walt Disney Pictures / DR
Article publié le 16 octobre 2015, tous droits de reproduction et de représentation réservés © 2015 Jewpop
 

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

S'abonner à la jewsletter

Jewpop a besoin de vous !

Les mendiants de l'humour

#FaisPasTonJuif
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x