"Lettres à la France", le nouveau numéro de Tenou'a recommandé

5 minutes de lecture

 
Quand mon boss m’a dit « Sharon, fais-moi un papier sur le nouveau numéro de Tenou’a “Lettres à la France”, je me suis dit “Mince, un spécial Polnareff ! Ils ont perdu la boule, son nouveau single est une pure bouse !”». Et puis, même si son père était juif, né en Ukraine, n’oublions pas que sa mère était bretonne. Vous me direz, on est chez les libéraux, mais quand même. Quand j’ai ouvert le magazine, j’ai compris que je faisais fausse route. (presque) Rien sur Polnareff, mais tout sur les rapports entre les Français Juifs et la France, au travers de lettres écrites par de bien belles plumes.
 
La couverture de Tenou’a flanquée d’une superbe boîte aux lettres bleu-blanc-rouge annonce d’entrée la couleur. Delphine Horvilleur rappelle dans son éditorial que le mot d’hébreu moderne pour désigner la France, Tsarfat, apparaît dans… la Bible, et que son étymologie désigne le « creuset de l’orfèvre ». Certaines de ces « lettres à la France » sont effectivement de purs bijoux.

 
Dans ces 22 lettres pour penser (panser ?) la France, comme les 22 lettres de l’alphabet hébraïque, on retrouve des signatures aussi diverses que le melting-pot judéo hexagonal. Certains se racontent, et narrent les histoires passionnantes de leurs familles pour mieux exprimer leur attachement viscéral au pays où coule le vin et le camembert, tels Marc-Alain Ouaknin, Émilie Frèche, Jean-Christophe Attias, Annette Wieworka ou Serge Klarsfeld. Il y a même des lettres de juifs tunisiens, comme Dov Zerah, preuve que la France a quand même manifesté une grande ouverture d’esprit en terme d’accueil. Ce n’est pas le boss de Jewpop, un Grana, qui me contredira.
 

OritGafni

 
Beaucoup d’interrogations aussi dans ces lettres, comme si leurs auteurs attendaient un accusé de réception face à leur désarroi. Dans ces cas-là, rien de plus salvateur que s’allonger sur le divan d’un psychanalyste. Dans ce numéro de Tenou’a, c’est Stéphane Habib qui s’y colle avec brio, dans l’une des lettres les plus originales, où le mot « désir » de France reprend tout son sens. On en reste interdit.
 
« Lettres à la France » est un numéro de Tenou’a indispensable et important, qui se lit avec avidité, comme ces missives que l’on garde précieusement d’un amoureux. Polnareff chantait « On ira tous au paradis », on rêve tous que la France reste un paradis du « vivre ensemble ». Juifs tunisiens inclus, on n’est plus à ça près.
 
Sharon Boutboul
 
Le site tenoua.org
S’abonner à Tenou’a ou commander ce numéro en ligne
Soutenir Tenou’a

Tenou’a est disponible par abonnement et dans les points de vente suivants :

Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme – 71, rue du Temple – 75003 Paris
Mémorial de la Shoah – 17 Rue Geoffroy l’Asnier – 75004 Paris
Librairie du Temple-Shir Hadash – 1 Rue des Hospitalières Saint-Gervais – 75004 Paris
Librairie La Procure – 3 Rue de Mézières – 75006 Paris
Librairie Kléber – 1 rue des Francs Bourgeois – 67000 Strasbourg
La Cour des Grands – 1 rue Taison – 57000 Metz
Librairie 47° Nord- 8b rue du Moulin – 68100 Mulhouse
Librairie Vice-Versa – Mekor Haim 10/8 – Jerusalem 93465
Librairie du Foyer – Kikar Masaryk 14 – Tel Aviv
© visuels :  Tenou’a, Orit Gafni « Through The Window » / DR

Article publié le 29 mars 2016. Tous droits de reproduction et de représentation réservés © 2016 Jewpop
 
 
 
 
 
 
 
 

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

S'abonner à la jewsletter

Jewpop a besoin de vous !

Les mendiants de l'humour

#FaisPasTonJuif
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x